Le CA d'Integrale fait durer le suspense

©BELGA

Réuni ce mercredi pour décider du destin de l'entreprise, le conseil d'administration d'Integrale se donne une nouvelle fois le temps de la réflexion et n'arrêtera son choix que mercredi prochain, en préambule de l'assemblée générale.

Le feuilleton Integrale approche de son épilogue. Après des mois de discussions et de spéculations, entre les plans de rétablissement qui ont échoué, la mise en vente par Nethys et quelques rebondissements en interne, le conseil d'administration se réunissait ce mercredi après-midi pour déterminer laquelle des trois offres choisir. Une autre possibilité demeure la liquidation de la société.

Peu avant 19h, il a cependant décidé de se donner du temps pour réfléchir. Le conseil se réunira dès lors le 23 décembre avant l'assemblée générale pour trancher. Une fois de plus, c'est la question de la responsabilité des administrateurs qui justifie l'ajournement du moment de vérité.

Nethys, qui détient 71% de la compagnie plus 21% supplémentaires via son fonds de pension Ogeo Funds, avait indiqué son intention de mettre en vente Integrale, en proie à des problèmes de solvabilité. L'entreprise a besoin de 100 à 400 millions d'euros de capitaux, en fonction de la stratégie qui sera adoptée par son futur propriétaire.

Fin novembre, le CA, alors encore présidé par Michel De Wolf, était parvenu à s'entendre sur une continuité des activités. Toute la question demeurait de savoir quelle voie l'assureur vie allait choisir. Le management avait ainsi initialement affiché sa préférence pour l'offre du gestionnaire d'actifs britannique River Rock, ce qui n'avait pas été sans susciter quelques tensions avec Nethys.

Employés dans l'expectative

Un peu plus tôt, Athora, présent en Belgique depuis la reprise des activités de Generali, et Monument Re, une autre compagnie de réassurance, avaient également formulé une offre afin de mettre la main sur les portefeuilles de polices pour les gérer en runoff.

Une dernière offre, déposée par l'homme d'affaires liégeois Bernard Delhez et sa société Lynx Capital, est également parvenue chez Integrale, mais celle-ci a été écartée par les responsables de l'entreprise.

Plusieurs grands assureurs du royaume (AG Insurance, Belfius, Ethias, entre autres) se sont par ailleurs penchés sur le dossier, mais n'ont pas déposé d'offre.

La dernière issue pour l'entreprise serait une liquidation. Si les 6.000 clients et 170.000 affiliés de l'assureur n'ont pas grand-chose à craindre, même dans ce cas de figure, il en irait évidemment tout autrement des 150 employés, qui scrutent avec une certaine inquiétude les éléments filtrant quant au futur de leur employeur.

Sauf nouveau coup de théâtre, ceux-ci devraient être fixés mercredi prochain à l'issue de l'assemblée générale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés