Le Lloyd's prêt à assurer depuis Bruxelles

©EPA

A l'approche du Brexit, le Lloyd's of London, qui a obtenu sa licence de la Banque nationale de Belgique, établit sa filiale européenne à Bruxelles. Elle proposera ses produits dès le 1er janvier prochain et devrait créer 40 emplois.

Le Lloyd's de Londres, qui a décidé d'établir sa filiale européenne à Bruxelles en raison du Brexit, a obtenu sa licence de la Banque nationale de Belgique. 

Le siège social de "Lloyd's Insurance Company", c'est la dénomination de sa société anonyme dotée d'un capital social de 136 millions d'euros, sera logé au 97, rue Royale à Bruxelles. La filiale bruxelloise proposera ses produits à partir du 1er janvier 2019 et devrait créer quelque 40 emplois. 19 succursales seront gérées depuis Bruxelles. Son CEO sera Vincent Vandendael, un Belge qui vit à Londres. Après avoir dirigé en tant que CEO les activités de la compagnie suisse Zurich Insurance dans la zone Asie-Pacifique, Vincent Vandendael est entré au service du Lloyd’s en 2012 comme Chief Commercial Officer, une fonction qu’il va conserver. Outre son rôle visant à maintenir l’accès des assurés européens au marché londonien, la  filiale  pourra aussi exploiter "des opportunités de développement de (son) activité sur le continent", selon Vandendael.

En avril dernier, l'assureur avait d'ailleurs lancé une campagne de recrutement en vue de son arrivée à Bruxelles.

Une nouvelle qui satisfait le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), qui estime que l'arrivée de Lloyd's va "renforcer la position financière centrale de Bruxelles et construire un pont avec Londres pour les assureurs spécialisés et réassureurs". Le ministre a ajouté, dans le communiqué, que le gouvernement "souhaite pouvoir accueillir à Bruxelles davantage de compagnies d’assurance et de courtiers basés à Londres". C’est un des gros enjeux de l’après-Brexit, que se disputent les Etats membres de l’Union: attirer sur leur territoire  les têtes de pont européennes des fleurons de l’économie d’outre-Manche.

Le leader du marché de l'assurance était la première à choisir Bruxelles suite au Brexit - qui menace l'accès au marché unique européen -  alors que différents acteurs financiers cherchaient, eux aussi, à déménager leurs activités de Londres. Pour son CEO, Inga Beale, l'objectif était de continuer à donner accès aux produits de Lloyd's, quelle que soit l'issue des négociations pour le Brexit.

D'autres vont suivre, selon Charles Michel

L'annonce a coïncidé avec une visite du Premier ministre Charles Michel au siège de Lloyd’s à Londres. L'occasion pour Vincent Vandendael d'expliquer les raisons qui ont porté le choix de l'assureur sur Bruxelles: "Le régulateur nous comprenait très bien, et outre le fait que Bruxelles est le centre de l'Europe, on y trouve aussi beaucoup de talents." Une quarantaine de personnes seront employées dans un premier temps, et ce nombre pourrait augmenter ensuite. "On a commencé à engager, on va voir ensuite comment les affaires se développent", a-t-il indiqué. Au total, "plusieurs centaines de personnes" travailleront avec le continent. "On utilise les dernières technologies pour connecter Bruxelles avec le marché", a encore dit Vincent Vandendael.

Pour le Premier ministre, la décision de Lloyd’s "est un début et certainement un signal fort" qui montre que "la Belgique est une porte vers l'Union européenne".

"Nous tentons de faire la démonstration que la Belgique est un pays attractif. Donc qu'une très grande compagnie comme Lloyd’s choisisse la Belgique afin de se développer après le Brexit, c'est peut-être un signal encourageant qui donnera des idées à d'autres compagnies qui sont en Grande-Bretagne aujourd'hui", a-t-il lancé en marge d'un déjeuner avec la direction de Lloyd’s. "Nous avons beaucoup de contacts avec beaucoup d'entreprises qui ont un pied en Grande-Bretagne aujourd'hui", a-t-il ajouté. Assurant que "dans les semaines et les mois à venir", d'autres entreprises de différents secteurs "prendront certainement encore des décisions dans le même sens". Charles Michel n'a pas souhaité donner plus de détails à ce sujet.

→ D'autres institutions ont installé leur siège européen à Bruxelles: l'assureur australien QBE, l'assureur japonais MS Amlin, la société de transfert de fonds MoneyGram, la société fintech Ebury Partners.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content