"Le marché attend trop de KBC"

Johan Thijs, CEO de KBC. ©Photo News

Le groupe de bancassurance vise à se classer parmi les établissements financiers les plus performants d'Europe. L'action est en recul.

Mauvaise journée boursière pour KBC . Alors que le bancassureur présentait sa nouvelle stratégie, l'action perdait quelque 4%. La situation n'étonne pourtant guère le CEO, Johan Thijs.

"Nous avions remarqué ces dernières semaines que les analystes étaient allés très loin dans leurs estimations. Certains estimaient que nous allions distribuer 70% de nos bénéfices à nos actionnaires. Or ce que nous avons dit aujourd'hui n'est pas neuf: nous avions déjà dit que nous redistribuerions la moitié de nos bénéfices et qu'annuellement nous verserions un dividende brut intérimaire de 1 euro." Pour Johan Thijs, c'est clair: "le marché attend trop de KBC."

Pourquoi l'action KBC chute-t-elle?

KBC, comme les autres banques européennes, pâtit de la faiblesse des prix pétroliers qui relance les craintes sur l'inflation et alimente les doutes sur un resserrement monétaire aux États-Unis. Le secteur bancaire européen (DJ Stoxx 600) perdait 1,32 % à la mi-journée contre 1,6 % pour le secteur financier.

Certains analystes pointent aussi du doigt les annonces faites par le bancassureur belge. Chez KBW, on affirme ainsi que les nouveaux chiffres présentés ce jour ne laissent que  peu de possibilités à la distribution du capital excédentaire. "Nous nous attendons à ce que le cours de l'action reste faible jusqu'à ce que la société apporte davantage de détails."

Citigroup estime, lui, que la décision de la banque de privilégier les fusions-acquisitions sur le retour en capital "n'était pas ce que le marché attendait".

Le groupe a annoncé renforcer ses investissements dans la transformation digitale. Il a également fait état de sa volonté de rester parmi les acteurs les mieux capitalisés d'Europe.

 

Un groupe solide

En ce jour de solstice d’été, la direction de KBC avait donc décidé d’organiser une journée investisseurs en Irlande où elle dispose d’une filiale.

Plusieurs thèmes seront abordés par des directeurs du groupe de bancassurance au fil de cette journée. Voici quelques extraits du long communiqué publié à cette occasion.

• Objectifs

KBC vise à se classer parmi les établissements financiers les plus performants d'Europe et à être la référence en matière de bancassurance sur ses marchés domestiques.

Acquisitions

Notre présence géographique (6 pays clés : Belgique, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Bulgarie et Irlande) et les segments actuels de la clientèle demeureront inchangés. Si des opportunités surviennent, nous pratiquerons des acquisitions supplémentaires et sélectives sur nos marchés domestiques, en nous référant à des critères financiers et stratégiques très rigoureux.

Sources de revenus

Disposer de sources de revenus diversifiées devient de plus en plus important. Dans cette optique, nous allons accroître nos revenus provenant des activités qui génèrent des commissions et des assurances (en plus des revenus d'intérêts). Nous continuerons de développer nos activités d'assurance non vie, et risque-vie. Nous développerons l'asset management sur nos marchés domestiques (principalement ailleurs qu'en Belgique), et élargirons l'offre "one stop shop" à nos clients.

1,5 milliard pour le numérique

À l'échelle du groupe, nous envisageons d'investir encore 1,5 milliard d'euros supplémentaires en transformation numérique entre 2017 et fin 2020.

Solidité

KBC veut rester l'un des établissements financiers les mieux capitalisés d'Europe. La politique du capital du groupe prend comme strict minimum les exigences minimales de capital imposées par la BCE et la BNB, étant entendu que ces exigences peuvent varier dans le temps.

Le dividende

Nous confirmons notre politique de mise en paiement (c'est-à-dire le dividende + le coupon payé sur les instruments additionnels Tier 1) d'au moins 50% du bénéfice consolidé, y compris un dividende intérimaire annuel de 1 euro par action en novembre de chaque exercice comptable, à titre d'avance sur le dividende global. En plus du ratio de distribution de 50% du bénéfice consolidé, le conseil d'administration décidera chaque année, de manière unilatérale, du capital à distribuer en plus de la "Position de Capital de Référence".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés