Le marché boude le deal d’Euronext à 4,3 milliards d’euros

Le groupe combiné Euronext-Borsa Italiana pèse 1,3 milliard d'euros en termes de chiffre d'affaires. ©Bloomberg

Le titre Euronext a cédé plus de 4% après l’annonce du rachat de Borsa Italiana pour 4,3 milliards d'euros en cash. Explications.

L’affaire est donc entendue, sous réserve, toutefois, du feu vert des actionnaires attendu le 20 novembre. Sans grande surprise, Euronext qui gère déjà les Bourses de Bruxelles, Paris, Amsterdam et Lisbonne va mettre la main sur la Borsa Italiana pour 4,325 milliards d’euros en cash.

Dans le cadre du rachat du groupe américain de données financières Refinitiv pour 27 milliards de dollars, le London Stock Exchange a dû s’alléger de l’opérateur de la Bourse de Milan afin d’obtenir l’aval des autorités réglementaires européennes.

1.800
Sociétés cotées
Avec l'intégration de Borsa Italiana, Euronext comptera plus de 1.800 sociétés cotées.

La Borsa Italiana, ce n’est pas uniquement la bourse milanaise et ses 370 sociétés cotées pesant 545 milliards d’euros en termes de capitalisation. Non, Borsa Italiana c’est aussi la plateforme MTS, principal marché électronique d’emprunts d’État de la zone euro.

Un tiers du nouveau groupe

L’an dernier, le groupe a dégagé des revenus de 464 millions d’euros et un ebitda de 264 millions, soit environ un tiers de la nouvelle entité combinée avec des chiffres respectifs de 1,3 milliard et de 711 millions d'euros.  L’Euronext renforcé comptera 1.800 sociétés cotées, avec plus de 42 milliards d’euros levés en 2019 pour financer le développement de ces entreprises.

Malgré tout, le marché faisait la fine bouche ce vendredi après l’annonce du deal, le titre Euronext cédant 4,39% à la clôture.

Thomas Couvreur, de KBC Securities, se dit, lui, heureux de voir cette opération se concrétiser, Borsa Italiana étant un meilleur choix que la Bourse de Madrid. Cette acquisition permettra à Euronext de doper sa présence en Europe et de diversifier ses activités. Cerise sur le gâteau, le prix convenu est inférieur à celui de 4,5 milliards d'euros véhiculé par la rumeur.

" Cette acquisition permettra à Euronext de doper sa présence en Europe et de diversifier ses activités."
Thomas Couvreur
Analyste chez KBC Securities

En raison des synergies potentielles et de la croissance accélérée, il a décidé de relever son objectif de cours à 110 euros, contre 98 euros avant. Même si l’action a déjà intégré cette transaction, il a relevé sa recommandation à "accumuler".

Valorisation

Les synergies mises en avant par Euronext atteignent 60 millions d’euros par année tandis que les coûts de restructuration devraient s’élever à 100 millions d’euros pendant la période d’intégration.

Des synergies qu'Albert Ploegh, d’ING ("conserver"; 102 euros), juge conservatrices. Il souligne aussi que le return sur le capital employé pour le rachat (6-7% après 4 ans) sera inférieur au coût du capital qu’il estime à 8%. Jefferies ("acheter") juge cependant que la valorisation "semble raisonnable" car des bourses de cette qualité et de cette taille ne sont pas souvent mises en vente.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés