Le plan de rétablissement d'Integrale rejeté, la liquidation se profile

©BELGA

La compagnie d'assurance a vu son plan de rétablissement recalé par la Banque nationale, tandis qu'aucune offre de rachat satisfaisante n'est parvenue à Nethys. La liquidation fait partie des scénarios envisagés.

Coup de tonnerre à Liège. Ce vendredi matin, Integrale annonçait via un communiqué de presse que son assemblée générale avait approuvé des comptes "en discontinuité" pour l'année 2019, ce qui indique qu'elle n'est plus en mesure de garantir la poursuite de ses activités.

Par conséquent, l'AG a procédé à la réestimation des actifs et du passif de l'entreprise, et a constitué des provisions complémentaires. En prenant ces élements en compte, le résultat technique de la compagnie pour 2019 est réévalué à -380 millions d'euros.

-380
millions d'euros
Le résultat technique d'Integrale pour l'exercice 2019 affiche une perte de 380 millions d'euros.

Le principal problème d'Intgrale concerne son ratio de solvabilité. Depuis l'été, l'assureur tente de mettre sur pied un plan de rétablissement qui devait refaire passer ce taux au-dessus de la barre des 100%. Une tâche particulièrement ardue dans le contexte actuel de taux plancher pour une compagnie quasi exclusivement active dans le segment Vie.

Etant donné que Nethys, actionnaire majoritaire de l'assureur avec 71% des parts (avec encore 20% supplémentaires via son autre filiale Ogeo Funds), s'est refusé à remettre la main au portefeuille, un processus de vente piloté par BNP Paribas a été lancé pour attirer des capitaux extérieurs. Il n'a cependant pas atteint le succès escompté puisque seulement deux offres, insuffisantes, ont abouti sur la table du groupe liégeois.

Tous les scénarios possibles

Alors que le plan de rétablissement déposé auprès de la Banque nationale le 30 septembre a été recalé, l'AG a décidé d'étudier "les différents scénarios envisageables" d'ici le 27 octobre, soit la nouvelle échéance fixée par la BNB.

"Nous avons réalisé des provisions suffisantes pour poursuivre nos activités et pour notre personnel."
Fabian de Bilderling
Porte-parole d'Integrale

La liquidation de l'assureur constitue le scénario le plus probable si aucune solution ne se dégage d'ici là, confirme la compagnie d'assurance, qui se veut néanmoins rassurante pour ses quelque 6.000 entreprises clientes et 170.000 affiliés, ainsi que pour ses effectifs. "Nous avons réalisé des provisions suffisantes pour nos activités et notre personnel", souligne Fabian de Bilderling, porte-parole d'Integrale. Si la gestion des contrats existants ne doit pas poser de problème, toute nouvelle activité est mise "en suspens".

Les 150 collaborateurs qui travaillent au sein de l'assureur doivent-ils craindre pour leur avenir? "Nous avons encore besoin de forces vives pour la gestion des dossiers en cours", fait valoir Fabian de Bilderling. Le portefeuille de la compagnie d'assurance atteint la somme rondelette de quatre milliards d'euros.

Contacté par L'Echo pour obtenir sa réaction, Nethys était injoignable ce vendredi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés