Le potentiel ignoré d'Ageas

Ageas est l’action du BEL20 qui présente le potentiel haussier le plus important par rapport à son objectif médian, actuellement autour de 3,25 euros. Avec un cours autour de 2 euros, cela laisse une marge proche de 60% pour l’ancienne Fortis.

Depuis plusieurs mois, Ageas est l’action du BEL20 qui présente le potentiel haussier le plus important par rapport à son objectif médian, qui se situe actuellement autour de 3,25 euros. Avec un cours qui oscille autour de 2 euros, cela laisse une marge proche de 60% pour l’ancienne Fortis. En outre, le nombre de recommandations à l’achat est passé de 13 à 17 sur le dernier trimestre (sur un total de 20 analystes), et il n’y a actuellement plus le moindre broker recommandant le titre à la vente. En dépit de ce consensus extrêmement favorable, le cours a abandonné plus de 20% depuis le début de l’année, réalisant une performance relative nettement inférieure à celle de l’indice BEL20.

En dehors d’une valorisation très attractive, les points négatifs sont en effet nombreux pour Ageas et pour le secteur de l’assurance dans son ensemble.

  • Premièrement, il reste difficile de convaincre les investisseurs de se positionner dans une valeur sur laquelle ils ont tellement perdu, même si le profil de risque de la société est aujourd’hui totalement différent.
  • Deuxièmement, le contexte de taux bas est un élément négatif pour la rentabilité des assureurs, en particulier pour ceux actifs dans l’assurance-vie.
  • Troisièmement, la crise des souverains a provoqué une nouvelle vague de suspicion, même si Ageas a décidé de vendre son portefeuille obligataire exposé sur l’Europe périphérique.
  • Quatrièmement, tout comme le secteur bancaire, les assureurs vont également se voir imposer de nouveaux critères de solvabilité dans le futur.
  • Cinquièmement, les nombreuses catastrophes naturelles de ces derniers mois vont avoir un impact sur les activités IARD.
  • Sixièmement, une bonne partie du portefeuille d’Ageas est constitué de l’héritage de la fusion entre Fortis et BNP, et la direction n’a donc pas de contrôle sur la valeur finale de ces éléments du portefeuille.

Les résultats trimestriels d’Ageas (publiés le 25 août) permettront peut-être de modifier le sentiment, mais il ne faudra toutefois pas s’attendre à des éléments exceptionnellement surprenants. Le groupe est en effet devenu relativement prévisible au vu des activités qui sont encore dans le portefeuille. Enfin, comme le note l’analyste du Crédit Suisse, " la valorisation actuelle du secteur de l’assurance est beaucoup trop faible et difficilement justifiable, mais il y a peu d’éléments qui laissent entrevoir un redressement des cours dans les mois qui viennent, en particulier tant que les taux resteront aussi bas, et que les incertitudes réglementaires restent en suspens".

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés