Le président d'Integrale démissionne de ses fonctions

©Thierry du Bois

Michel De Wolf a démissionné de son poste de président du conseil d'administration d'Integrale ce mercredi. Il est remplacé par Frank Jeusette.

Alors que l'entreprise vit une période décisive pour la suite de son existence, le président d'Integrale, le professeur Michel De Wolf, a rendu sa démission ce mercredi. Il était arrivé en mars à la tête du conseil d'administration après la démission de l'ancien ministre-président bruxellois François-Xavier de Donnea, emporté par le scandale relatif aux indemnités de rétention proposées à la direction de l'assureur.

Le sort de Michel De Wolf était déjà en suspens. Sa possible révocation figurait à l'ordre du jour de l'assemblée générale du 8 décembre prochain.

Le sort de Michel De Wolf était déjà en suspens. Sa possible révocation figurait à l'ordre du jour de l'assemblée générale du 8 décembre prochain.

Contexte explosif

Michel De Wolf, qui fut notamment doyen de la Leuven School of Management, était alors déjà administrateur indépendant de la compagnie. Il a pris les commandes du CA dans un contexte difficile, alors que le scandale Nethys déteignait encore sur l'entreprise et que ses problèmes de solvabilité faisaient surface. Plusieurs plans de rétablissement ont alors été mis sur pied, mais aucun n'a obtenu l'aval de la Banque nationale, son régulateur.

Au mois de juin, Nethys, son actionnaire majoritaire, annonçait son intention de mettre Integrale en vente. Un processus encadré par la banque d'affaires de BNP Paribas qui n'a pas encore abouti, alors que quatre candidats se sont manifestés jusqu'à présent.

Des tensions auraient opposé Michel De Wolf et Nethys, notamment au sujet de l'offre déposée par le gestionnaire de fonds britannique River Rock. La filiale opérationnelle d'Enodia aurait reproché au président d'afficher sa préférence pour cette offre. Sa révocation a dès lors été ajoutée à l'ordre du jour de l'assemblée générale du 8 décembre prochain, qui doit approuver la volonté de poursuivre les activités de l'entreprise et de lui éviter la liquidation.

Interrogé à ce sujet ce lundi par L'Echo, Michel De Wolf n'avait pas souhaité s'épancher sur ce point, indiquant simplement "ne pas être préoccupé par cela". Dans un entretien accordé à nos confrères du Soir plus tôt ce mois-ci, il avait toutefois indiqué déplorer les "jeux de pouvoir" qui se trament au sein de l'entreprise.

Frank Jeusette prend le relais

Nethys, l'actionnaire majoritaire d'Integrale, a le choix entre quatre offres de rachat. ©BELGA

Pour le remplacer, les quinze membres du conseil d'administration ont choisi à l'unanimité Frank Jeusette. Celui-ci fut CRO et membre du comité de direction d'Ethias jusqu'à l'année passée. Els Lievens et Gérald Scheepmans sont respectivement nommés première et second vice-présidents d'Integrale, tandis que Michel De Wolf demeure administrateur indépendant.

Integrale va jouer sa survie au cours des prochaines semaines. L'assureur, qui a opté pour une solution de continuité des activités, cherche un repreneur pour l'échéance du 15 décembre. River Rock et Bernard Delhez ont déposé une offre dans ce sens, alors que les réassureurs Monument Re et Athora avaient fait acte de candidatures pour reprendre les portefeuilles de polices en runoff. Le processus de négociation demeure cependant ouvert et les candidats ont la possibilité de réajuster leur offre d'ici la deadline.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés