Le régulateur et le cabinet d'audit au coeur de la tempête Wirecard

Wirecard constitue l'un des plus grands scandales financiers allemands. ©BELGAIMAGE

Comment une entreprise cotée en Bourse, valorisée à plus de 20 milliards d'euros, a-t-elle pu s'écrouler en deux semaines? Après l'arrestation de son patron, le scandale Wirecard place le gendarme financier allemand et le cabinet d'audit EY sur le banc des accusés.

Au lendemain de la demande de mise en liquidation de la fintech Wirecard, les interrogations pullulent quant à ce qui est déjà considéré comme un "scandale sans équivalent dans le monde de la finance", selon les termes du gouvernement allemand. Après avoir reporté la publication de ses résultats à quatre reprises, Wirecard a été contrainte d'admettre que quasiment deux milliards d'euros avaient tout simplement disparu, voire jamais existés. On soupçonne son désormais ex-patron, Markus Braun, d'avoir réalisé de fausses transactions avec des tiers afin de gonfler le bilan de l'entreprise dans le but de la rendre plus attractive pour les investisseurs.

"Comment une fraude aussi audacieuse n'est pas devenue apparente plus tôt devra faire l'objet d'une enquête."
Olav Gutting
Chef de groupe CDU/CSU au Bundestag

Wirecard est non seulement une société cotée en Bourse à Francfort, mais elle fait de plus partie du Dax, l'indice boursier allemand de référence et la vitrine de l'économie germanique. "Comment une fraude aussi audacieuse n'est pas devenue apparente plus tôt, devra faire l'objet d'une enquête", a estimé jeudi Olav Gutting, chef de groupe CDU/CSU au Bundestag."La BaFin (l'autorité fédérale allemande de supervision financière, NDLR) devra également répondre à des questions."

La BaFin ne pourra échapper à une sérieuse remise en question de ses méthodes de travail. Dans une lettre envoyée jeudi soir à Steven Maijoor, le président de l'Autorité européenne de supervision des marchés financiers (ESMA), la Commission européenne demande qu'une "analyse préliminaire" soit conclue "au plus tard le 15 juillet" quant au rôle de la BaFin dans cette débâcle.

Selon les résultats de cette enquête préliminaire, il pourrait y avoir une investigation complète conduisant à la remise d'un rapport par l'ESMA. Ce rapport énumérerait les lacunes de la supervision et donnerait des instructions au gendarme allemand de la finance pour introduire des réformes dans ses méthodes de travail.

Signaux d'alarme ignorés

Si le régulateur doit affronter le courroux des du monde politique, c'est parce qu'il a été informé à plusieurs reprises d'irrégularités dans les comptes de Wirecard et de pratiques douteuses dans son chef. En 2015, déjà, le Financial Times (FT) publie une enquête intitulée "House of Wirecard" dans laquelle le quotidien suggère qu'il existe un trou de 250 millions d'euros dans la comptabilité de la fintech.

250
millions d'euros
En 2015, le Financial Times découvre que le bilan de Wirecard contient un trou de 250 millions d'euros.

Un an plus tard, plusieurs vendeurs à découvert publient une enquête sous le pseudonyme de Zatarra dans laquelle ils accusent Wirecard de procéder à du blanchiment d'argent pour le compte de sites de poker américains. Informée des faits, la BaFin ouvre une enquête pour découvrir qui se cache derrière Zatarra, estimant que ses auteurs tentent de manipuler le marché. 

En janvier 2019, le Financial Times reprend ses investigations sur la fintech. Il découvre que son responsable pour la région Asie-Pacifique a fait usage de faux, blanchi de l'argent et falsifié des comptes. Quand la police de Singapour, où est basé le QG asiatique de Wirecard, perquisitionne les bureaux de l'entreprise, la BaFin réagit en empêchant les ventes à découvert sur l'action Wirecard, soulignant "son importance pour l'économie" et ouvre une enquête contre le FT, qu'elle soupçonne également de manipulation de marché.

Mea culpa

En réponse à une question parlementaire, le ministre allemand des Finances Olaf Scholz a indiqué que la BaFin avait mis plus d'un an pour se pencher sur les manipulations de marché dont était soupçonné Wirecard après le signalement d'un donneur d'alertes.

"La BaFin fait partie des institutions responsables de ce désastre complet."
Felix Hufeld
Président de la BaFin

Le régulateur avait donc été avisé des faits, mais a préféré soit fermer les yeux, soit attaquer ceux qui avaient eu l'outrecuidance de dénoncer les actes frauduleux. Face à un tel constat, plusieurs députés ont demandé la démission du patron de la BaFin, Felix Hufeld.

Après quelques tergiversations, celui-ci a publiquement présenté ses excuses lundi. Il estime que la BaFin fait partie des institutions responsables de ce "désastre complet", en ayant failli à son rôle de supervision. Il s'est engagé à régler les manquements apparus dans le fonctionnement de l'autorité, mais a également tenté de faire porter le chapeau à d'autres, précisant que la direction de Wirecard ainsi que "plusieurs commissaires aux comptes" ont failli dans leurs missions.

Audit défaillant

L'attaque se dirige plus spécifiquement sur EY, l'un des quatre principaux bureaux d'audit et de conseil dans le monde. C'est en effet l'ancienne Ernst & Young qui auditait les comptes de la fintech allemande depuis 2011 et c'est elle qui a refusé ce mois-ci de les valider. 

"Une société cotée en Bourse doit en principe d'abord faire ses comptes en interne, ceux-ci sont ensuite approuvés par le conseil d'administration, avant de faire l'objet de l'analyse d'un réviseur. Ces comptes sont alors transmis avec le rapport du réviseur à l'assemblée générale, qui peut poser des questions avant de les approuver ou de les rejeter", explique Eric Steghers, directeur général de l'Institut des experts-comptables et des conseils fiscaux.

Le rôle du réviseur est ainsi de vérifier les comptes, pas de détecter les fraudes. "Les comptes doivent correspondre à une situation, c'est cela que regarde le réviseur."

EY a eu le nez plongé dans le bilan de Wirecard pendant neuf ans. Le fait que le géant de l'audit dénonce aujourd'hui une fraude massive dans le chef de son client peut ressembler à une fuite en avant. "L'auditeur a failli, pas parce qu'il n'a pas découvert la fraude, mais parce qu'il est totalement passé à côté de l'essentiel dans les comptes", estime un ancien auditeur qui a passé plus de dix ans dans le secteur.

Image salie

"Plusieurs cas de figure peuvent se présenter, le plus grave étant une collusion entre le cabinet et l'entreprise", pointe-t-il. Il se pourrait également que le commissaire aux comptes n'ait pas réalisé correctement sa diligence, ou qu'il ait réalisé son travail en toute bonne foi, mais que son client ait réussi à particulièrement bien maquiller sa fraude.

Ce vendredi, le FT révélait que EY n'avait plus demandé d'information à la banque de référence de Wirecard à Singapour depuis trois ans. L'établissement était pourtant supposé conserver un milliard de dollars de liquidités pour le compte de la fintech. Cette procédure de routine aurait permis de déceler la fraude très rapidement.

EY voit son image une nouvelle fois éreintée. Le cabinet, qui déclare poursuivre son travail sans faire de commentaire, traîne déjà quelques casseroles derrière lui. Le régulateur britannique, le Financial Reporting Council (FRC), enquête sur lui dans le cadre de l'affaire NMC Health, un groupe hospitalier parvenu à dissimuler les deux tiers de sa dette et par rapport au dossier de Thomas Cook, le voyagiste tombé en faillite l'année passée. EY est suspecté d'avoir manqué à sa mission dans les deux cas.

Il est encore trop tôt pour évaluer la puissance de l'onde de choc du scandale Wirecard, mais il semble certain que, tant les fintechs, que les régulateurs et les cabinets d'audit ne travailleront désormais plus de la même manière...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés