Les actionnaires Fortis risquent d'attendre encore leur argent

©BELGA

Juillet 2018, la Cour d'appel d'Amsterdam validait l'accord conclu entre Ageas et les associations de défense des petits actionnaires en vue d'une indemnisation. Ageas pensait recevoir entre 175.000 et 200.000 demandes. Le groupe en aurait reçues 270.000.

Succès de masse pour l'accord Fortis conclu entre Ageas et les associations de défense des petits actionnaires. Cet accord visant à indemniser les actionnaires de Fortis dupés dans la débâcle du groupe bancaire avait été rendu le 13 juillet dernier par une décision de la Cour d'appel amstellodamoise. Mi-mai, Bart De Smet, patron d'Ageas (l'héritier de Fortis), indiquait que 115.000 demandes d'indemnisations avaient été payées et que quelque 43.000 le seraient fin mai. Au total, on parle d'un montant de plus de 590 millions d'euros versés.

Aujourd'hui, le "Financieel Dagblad" indique qu'Ageas croule sous les demandes. Le quotidien cite le nombre de 270.000 demandes reçues par le groupe d'assurance, là où il en attendait entre 175.000 et 200.000. Auprès d'Ageas, on confirme les chiffres; des chiffres qui pourraient encore gonfler vu que les actionnaires peuvent introduire leur dossier jusqu'à la fin du mois de juillet. Le rythme des introductions de dossiers s'est toutefois ralenti depuis le début de l'année, reconnaît-on chez Ageas. "Un nouveau versement sera effectué en août."  

Vers une dilution des indemnisations?

"À cause de la popularité de cet accord, certains investisseurs vont devoir tabler sur un dédommagement moindre qu'attendu", estime la Vereniging van Effectenbezitters (VEB) et Consumentenclaim, deux des associations de défense des actionnaires. Elles s'interrogent donc sur la taille de l'enveloppe qui a été dégagée par Ageas, soit 1,3 milliard d'euros. Sera-t-elle suffisante pour dédommager tout le monde? 

Le niveau des indemnisations est certes lié à la durée pendant laquelle les actionnaires ont détenu les actions Fortis et s'ils sont ou non membres des associations de défense. Par ailleurs, il est aussi probable d'avoir vu certains actionnaires introduire une double demande. Un porte-parole d'Ageas reconnaît ainsi qu'une dilution est "possible dans certains cas", mais que rien n'est encore clarifié sur ce point. 

La semaine dernière, une commission indépendante des règlements de différends liée à l'accord Fortis publiait un avis dans lequel elle indiquait que les chances d'une dilution grandissaient.

Que les actionnaires se rassurent, leur dossier sera traité et le paiement suivra. Il est toutefois impossible de dire quand exactement.
Ageas

Au sein d'Ageas, on indique qu'il a toujours été mentionné dans le règlement qu'en cas d'afflux de demandes, il était possible que les montants des indemnisations soient moindres. "Pour les personnes ayant rentré leur demande avant la fin 2018 (les early files), une indemnisation de 70% du montant leur est garantie" , insiste-t-on chez Ageas.  

Outre les montants des dédommagements, cet afflux de demandes a aussi un impact sur le rythme des traitements. À ce jour, 159.000 actionnaires ont perçu une tranche de dédommagement à hauteur de 70%. Ageas ajoute qu'à cette heure, ils sont 200.000 à prétendre à ce dédommagement.  "Nous poursuivons l'analyse des dossiers. Parfois certains sont incomplets et il faut les renvoyer au client. Cela prend du temps. Mais que les actionnaires se rassurent, leur dossier sera traité et le paiement suivra. Il est toutefois impossible de dire quand exactement."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect