Les Big Four recruteront 1.800 personnes en 2016

©rv

La reprise de l’économie provoque une hausse sensible de la demande de conseils en gestion. Les grands bureaux belges entendent donc renforcer leurs équipes.

Les quatre plus grands cabinets de conseil du pays – Deloitte, EY, PwC et KPMG – comptent embaucher quelque 1.800 personnes en 2016, dont plus de 1.000 nouveaux diplômés.

Les "Big Four" poursuivent ainsi leur croissance. L’an dernier, ils ont créé ensemble 621 nouveaux postes (nombre de personnes recrutées moins les départs). Ils emploient plus de 7.900 consultants, et connaissent un rythme de croissance comparable.

Plus encore que leurs activités traditionnelles d’audit et d’expertise comptable, ce sont leurs départements de conseils en stratégie et en technologies qui expliquent ces besoins en recrutement.

Conséquences de la reprise

D’après le secteur, ce phénomène est une des conséquences de la reprise de la croissance économique ainsi que de la numérisation et des bouleversements qu’elle provoque dans de nombreux secteurs.

"Le monde du conseil suit généralement l’évolution globale des marchés. Plus l’économie est florissante, plus on a besoin de consultants. Le nombre record de fusions et d’acquisitions pousse également à la hausse la demande de conseils spécialisés", explique Erik Van den Branden, directeur des Ressources Humaines chez PwC (PriceWaterhouseCoopers).

Le secteur du conseil est connu pour son taux élevé de rotation du personnel. Pour répondre à la hausse de la demande, les Big Four devraient davantage recruter au cours des prochains mois. Deloitte, le leader du marché, compte embaucher 735 personnes au cours de l’exercice 2016, contre 600 habituellement.

PwC suit le même mouvement, avec 410 recrutements prévus pour cette année. EY, l’ancien Ernst & Young, espère combler 358 postes, et KPMG 260, soit 1.763 postes en un an pour les Big Four. Plus de 1.000 postes sont destinés à des jeunes diplômés, les autres étant réservés à des experts avec expérience.

Guerre des talents

La " guerre des talents " est donc bel et bien lancée. Les bureaux de conseil recrutent généralement dans les universités et hautes écoles des candidats au profil spécialisé en gestion/économie et droit/fiscalité. Mais à l’heure actuelle, il existe une forte demande pour des diplômés en sciences exactes, des ingénieurs et des informaticiens.

Chez les clients, les priorités se déclinent sous les thèmes de la cybersécurité, du big data et de l’automatisation, ce qui explique la hausse de la demande pour des spécialistes en technologie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés