Les clients de Private Insurer s'attaquent à P&V

À la suite des perquisitions menées chez Private Insurer, des clients dupés se tournent contre P&V Assurances. Ils veulent porter le dossier devant la FSMA et devant la cellule antiblanchiment.

Les perquisitions qui ont pris place la semaine passée au sein de Private Insurer, la filiale de l'assureur coopératif P&V, et de la maison de bourse Merit Capital faisaient suite à une plainte au pénal avec constitution de partie civile introduite par l'avocat Laurent Arnauts en juillet 2019 auprès de la justice bruxelloise. Il représente des dizaines de clients dupés par plusieurs produits de Private Insurer, dans lesquels des millions d'euros ont été investis. Dans la plupart des cas, il s'agit de toute l'épargne des victimes.

Laurent Arnauts a également saisi la FSMA, pour s'assurer qu'une enquête formelle démarre, car il pense que P&V a tenté de passer sous silence les irrégularités qu'elle a constatées chez Private Insurer. L'avocat a pris contact avec P&V pour lui indiquer qu'il la viserait aussi, s'il s'avérait qu'elle tolérait la politique de sa filiale. Selon Me Arnauts, l'assureur a toujours essayé de se laver les mains quant aux agissements de Private Insurer.

Les clients floués tentent depuis des années de comprendre ce qui est arrivé au projet immobilier de Dumbrava Rosie, dans le nord-est de la Roumanie. Des entrepreneurs flamands y avaient acheté 60 hectares en 2007, pour y bâtir un lotissement, mais l'emprunt obligataire de six millions d'euros réalisé avec l'aide de Merit Capital n'a jamais abouti.

En 2010, les investisseurs ont été convaincus de placer leurs obligations dans une police d'assurance de la branche 23 de Private Insurer, qui n'aurait pas géré ce produit. Laurent Arnauts précise que deux autres produits de Private Insurer posent aussi problème.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés