mon argent

Les courtiers en assurances de moins en moins nombreux

La Belgique compte de moins en moins de courtiers en assurances.

Fin 2014, ils n’étaient plus que 14.750 à exercer la profession, soit 11% de moins qu’en 2013 et presque la moitié de ce qu’ils étaient encore 10 ans plus tôt, en 2003. Le secteur s’attend en outre à ce que cette tendance se maintienne.

La baisse de 11% enregistrée l’an dernier marque un sérieux coup d’accélérateur

En 2013, les Belges ont consacré quelque 28 milliards d’euros au paiement de primes d’assurance. Mais l’époque où l’on pouvait trouver un intermédiaire, agent ou courtier, à tous les coins de rue est bien révolue. La réduction du nombre de courtiers se produit depuis un certain nombre d’années, mais le rythme s’est clairement intensifié l’an dernier, selon les chiffres de l’autorité de surveillance des marchés financiers (FSMA). Le recul de 11% enregistré l’an dernier (soit près de 1.800 courtiers) est le plus important enregistré en 10 ans – la baisse fut plus forte en 2010, mais elle était alors due à des facteurs extraordinaires, parmi lesquels un "nettoyage" de la base de données du secteur qui avait donné lieu à la suppression de nombreux inscrits. En outre, le nombre de nouvelles inscriptions au registre de la profession l’an dernier se situe à un niveau exceptionnellement bas.

Assurez chaque phase de votre vie. 

  • L'arrivée d'un enfant modifie-t-elle votre portefeuille d'assurances?
  • Quels suppléments facture-t-on aux assurés souffrant de maladies chroniques?
  • Votre crédit logement est remboursé? Profitez des avantages fiscaux pour épargner.




Une des causes les plus importantes de l’accélération du recul du nombre de courtiers en Belgique, selon les spécialistes, est à trouver dans l’entrée en vigueur de nouvelles règles l’an dernier: des règles de conduite plus précises pour les acteurs du secteur, visant à mieux protéger l’assuré. Un certain nombre de courtiers (surtout des courtiers actifs depuis longtemps) ont alors décidé de cesser leurs activités.

Un autre facteur a visiblement joué, mais dans une moindre mesure: la pression sur les marges exercée par les compagnies d’assurance.

Le renforcement de la régulation du secteur laisse en tout état de cause moins de place pour les petits acteurs. "Nous nous dirigeons vers une configuration dans laquelle les grands acteurs qui sont aussi en principe plus professionnels sont plus nombreux. Cette augmentation de taille va se poursuivre", prédit un représentant du secteur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés