Look&Fin lève 6 millions d'euros pour financer 1.000 PME dans les trois ans

Frédéric Lévy Morelle, CEO de Look&Fin ©Dieter Telemans

Acteur historique du jeune secteur du crowdlending, Look&Fin vient de réaliser une augmentation de capital de 6 millions d’euros. La plateforme espère financer 1.000 PME dans les trois ans et créer un crédit entreprise digital et instantané.

Depuis 2012, Look&Fin a structuré 70 millions d’euros de prêts pour 230 PME dont plus d’un tiers sur les 12 derniers mois. La plateforme de crowdlending (prêt via des particuliers) a connu un coup d’accélérateur grâce à l’obtention de l’agrément officiel de la FSMA en 2017. Avec des prêts qui vont de 50.000 à 5 millions d’euros pour tout type d’entreprises, l’un des pionniers du secteur s’affiche désormais en véritable alternative des banques.

Un prêté pour un rendu

Le principe de fonctionnement de la plateforme est simple. Toute entreprise qui désire emprunter de l’argent peut poser sa candidature et son dossier sera ensuite analysé par les équipes de Look&Fin, mais aussi de plus en plus par des algorithmes et de l’intelligence artificielle, ce qui permet à la plateforme de traiter plus de 500 demandes par mois. Le défi étant de réussir à trouver des bons dossiers et assurer un flux pertinent et continu pour ses investisseurs à la recherche d’un investissement dans l’économie réelle.

“Dans un contexte où les taux sont de plus en plus bas voir négatifs, Look&Fin permet aux prêteurs d’obtenir un rendement de 3% l’an sur les dossiers assurés."
Frédéric Lévy Morelle
CEO de Look&Fin

Ces prêteurs, comme les appelle le CEO de Look&Fin, Frédéric Lévy Morelle, sont l’autre gros défi de la plateforme. “Dans un contexte où les taux sont de plus en plus bas voir négatifs, Look&Fin permet aux prêteurs d’obtenir un rendement de 3% l’an sur les dossiers assurés et offre historiquement un rendement moyen supérieur à 5% l’an à plus de 80% de ses prêteurs sur les dossiers non assurés." Avec un taux de défaut moyen de 3%, la plateforme espère encore attirer davantage de prêteurs pour les dossiers proposés.

Augmentation de capital

Après avoir levé 3 millions d’euros fin 2016, Look&Fin boucle un nouveau tour de table de 6 millions d’euros. Investisseurs historiques et nouveaux venus se sont réunis pour atteindre le montant recherché par la plateforme: "Nous recherchions pour cela des investisseurs aux profils et réseaux complémentaires capables de nous accompagner dans la durée et dans le développement de nos activités". Parmi les nouveaux venus, on retrouve finance&invest.brussels qui met 4 millions d’euros sur la table et entre ainsi au capital.

"À l’heure actuelle, Look&Fin a réussi à se distinguer par sa rigueur et par ses procédures simples et efficaces."

Une suite logique pour son CEO, Pierre Hermant. "Nous avions fait un prêt à Look&Fin à l’époque, ici nous entrons officiellement au capital avec un montant conséquent." En rentrant au capital de Look&fin, finance&invest.brussels s’offre un flux de transaction renforcé et un complément à la chaine de financement que la structure met en place depuis l’arrivée de Pierre Hermant à sa tête.

"Nous avons pour mission de faciliter et compléter la chaîne de financement. Dans cette optique, nous considérons le crowdlending comme une formule additionnelle pour répondre très rapidement aux besoins de financement des PME. À l’heure actuelle, Look&Fin a réussi à se distinguer par sa rigueur et par ses procédures simples et efficaces. Elle est ainsi considérée comme une fintech de référence qui jouit d’une très bonne réputation, même à l’international, en se différenciant par la qualité de ses investissements proposés, et présentant par conséquent un faible taux de défaut des emprunteurs et un bon rendement pour les prêteurs.

Dans les nouveaux investisseurs, on notera également la présence de Thibaud Elziere, à la tête du startup studio eFounders qui vient d’atteindre la barre du milliard de valorisation pour son portefeuille.

Un marché obligataire de PME

Look&Fin avait pour ambition lors de son lancement de créer un marché obligataire pour PME non cotées. Sept ans plus tard, elle affiche une croissance de 100% chaque année et semble avoir réussi son pari. "Notre objectif est à présent de devenir la solution incontournable du crédit 100% digital et non bancaire pour les PME, quel que soit leur taille, leur besoin ou leur secteur”, nous confie le Fondateur de Look&Fin.

Frédéric Lévy Morelle, CEO de Look&Fin ©Dieter Telemans

Avec cette nouvelle levée de fonds conséquente, la société s’est fixée un objectif ambitieux: financer 1.000 PME dans les trois prochaines années, à concurrence de 300 millions d’euros. Le modèle de la société implantée avenue Louise à Bruxelles avec ses 30 employés se base sur une rémunération sur les dossiers présentés aux investisseurs via des frais de structuration de dossier et des frais de gestion.

La tentation est donc grande de présenter un maximum de dossiers pour toucher un maximum de commissions. Tentation à laquelle n’a pas cédé Look&fin tout au long de son développement, ce qui lui octroie aujourd’hui le statut de figure de proue du secteur en Belgique, mais aussi au-delà avec des activités en croissance sur les marchés français et luxembourgeois.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect