Luc Vansteenkiste présente une lourde ardoise à Bois Sauvage

Luc Vansteenkiste, ex-CEO de Recticel, apure ses dettes en cédant un quart de ses titres à Bois Sauvage (photo Kristof Van Accom)

L'ancien CEO de Recticel exerce une option de vente de 200.000 actions Recticel au holding Bois Sauvage, dont il est administrateur. A 11 euros le titre, il réalise une belle plus-value au regard du cours de clôture de ce mardi.

Luc Vansteenkiste, ex-CEO de Recticel, a exercé, via sa société VEAN, l’option de vente dont celle-ci dispose à l’égard de la Compagnie du Bois Sauvage depuis novembre 2007 sur 200.000 actions Recticel.

Le prix — 11 euros par action — est pour le moins élevé au regard du cours de l’action Recticel, qui a clôturé la journée d’hier à 4,85 euros (+2,11 %). Sur le plan strictement comptable, l’ardoise, pour le holding bruxellois, dépasse donc les 1,2 million d’euros.

L'acquisition des actions de Luc Vansteenkiste doit être liquidée le 26 septembre prochain. A ce moment, la participation totale de la Compagnie du Bois Sauvage en Recticel sera portée de 29,7 % à 30,4 % (8.803.650 actions sur un total de 28.931.456).

"Constatant que le seuil de 30 % était franchi de moins de 2 %, la Compagnie a décidé, afin de bénéficier de la dérogation à l'obligation de lancer une OPA obligatoire (...), de procéder à la vente des actions Recticel excédant le seuil de 30% dans un délai de douze mois à compter de la date de l'acquisition et de ne pas exercer les droits de vote attachés aux actions excédentaires", précise le holding dans un communiqué.

L'ancien patron de Recticel tient à préciser que cette vente de titres ne signifie pas qu'il compte sortir du capital de la société. Pour rappel, Luc Vansteenkiste avait procédé en 1998, avec l’aide de partenaires industriels du nord du pays, à un "management buy-out" du pôle chimie de la société.

Le produit de la vente de ces 200.000 titres (2,2 millions d'euros) doit lui permettre de rembourser la dernière tranche d'un crédit contracté lors du management buy-out de Recticel.

Luc Vansteenkiste ne compte pas vendre les 600.000 actions Recticel (2,1 % du capital) qu'il détient encore.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés