Publicité

P&V arrête la vente des produits de Private Insurer

P&V n'avait constaté les irrégularités dans les contrats de branche 23 de Private Insurer qu'après son rachat en juin dernier.

P&V met un terme à la vente des produits de la branche 23 de sa filiale Private Insurer, où des irrégularités ont été mises au jour.

Le groupe P&V semble déjà vouloir tirer un trait sur les activités de Private Insurer, l'assureur vie spécialisée dans la branche 23 qu'il avait racheté en juin dernier. Dans une communication aux clients et aux quelque 200 courtiers, Private Insurer indique qu'il ne sera dorénavant plus possible de conclure de nouveaux contrats branche 23 chez Private Insurer. Les nouveaux apports dans les contrats existants sont également suspendus.

"Nous étions au courant de l'existence de certains litiges, mais nous ignorions que cela pouvait mener à une enquête pénale."
Julien Hayen
Porte-parole de P&V

Les personnes intéressées peuvent toujours acquérir de nouveaux produits de la branche 23 sous la marque Vivium. De plus, les quinze employés de Private Insurer vont se voir proposer un contrat chez P&V. De cette manière, l'assureur coopératif semble vouloir prendre ses distances avec le vieux portefeuille de Private Insurer, duquel des problèmes ont fait surface ces dernières semaines.

Plainte de clients floués

La semaine dernière, une perquisition s'est tenue dans les locaux de Private Insurer après le dépôt d'une plainte d'une dizaine de clients floués dans un produit d'investissement relatif à un projet immobilier en Roumanie. "Nous étions au courant de l'existence de certains litiges, mais nous ignorions que cela pouvait mener à une enquête pénale", explique Julien Hayen, porte-parole de P&V.

Les irrégularités relevées par P&V au moment de prendre le contrôle de Private Insurer se sont avérées bien plus grave qu'escompté. "Dans un certain nombre de dossiers, il subsiste des doutes quant à la conformité des produits branche 23 avec la réglementation", explique-t-il. P&V répète que des mesures ont directement été prises et que contact avait été pris avec la Banque nationale et l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA).

1 milliard
d'euros
Le bilan de Private Insurer atteignait un peu moins d'un milliard d'euros fin 2019, contre plus de 20 milliards d'euros pour le groupe P&V.

Impact financier "limité"

On ignore encore la nature précise de ces irrégularités et le nombre de dossiers concernés sur les 2.500 traités par la fililale. "Private Insurer travaille depuis des mois pour se remettre en ordre et entend proposer à ses clients une solution individuelle d'ici la fin de l'été", indique Julien Hayen. "C'est une situation héritée du passé, mais P&V prend ses responsabilités en tant que nouvel actionnaire et entend remettre tous les contrats dans le cadre légal", explique-t-il encore.

Il y aura un impact financier sur les résultats du groupe P&V. "Il est trop tôt pour évoquer cela, mais ce sera limité par rapport à la taille de P&V." Le bilan de Private Insurer atteignait un peu moins d'un milliard d'euros fin 2019, contre plus de 20 milliards d'euros pour le groupe P&V.

P&V n'aurait-il pas pu déceler ces problèmes plus tôt? "Nous n'avons rien constaté lors de la due diligence sur base des informations reçues. Ce n'est qu'après le rachat, quand les polices ont été analysées en profondeur, que les anomalies sont apparues", explique Julien Hayen. "Nous avons entrepris plusieurs actions afin de défendre nos intérêts."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés