Perte de 23 millions pour Ethias au 1er semestre

Philippe Lallemand (à gauche) et Benoit Verwilghen, numéros 1 et 2 d'Ethias. ©Io Cooman

L’assureur a connu un bon premier semestre mais, pour se débarrasser définitivement des comptes First A, il doit encore assumer 200 millions d’euros de coûts.

Ethias a bouclé le premier semestre sur un résultat opérationnel de 151 millions d’euros, en progression de 12% sur un an. La grande majorité de ce résultat (133 millions) provient des activités en assurances non vie, lesquelles peuvent se piquer d’afficher un ratio combiné (qui compare les coûts aux primes encaissées) de 87,3%. L’encaissement net pointe à 1,45 milliard d’euros en six mois (+1% sur un an).

Le résultat net semestriel est par contre négatif de 23 millions d’euros, ce qui s’explique "essentiellement par le coût de l’opération Switch VII, soit au total un montant de l’ordre de 200 millions d’euros".

Lors de cette opération temporaire (la septième du genre menée ces dernières années), Ethias avait à nouveau proposé aux détenteurs d’un compte First A de le vider t d’empocher au passage une prime de sortie équivalant à 25% du montant retiré. Grâce à l’opération Switch VII, 430 millions d'euros sont sortis des comptes First A (soit quelque 70% des réserves). Pour Ethias, il en coûte donc 107 millions d’euros. 

©Photo News

Commercialisés jusqu’en 2003, les comptes d’assurance-vie " First A " pourrissent la vie d’Ethias depuis des années parce qu’ils assurent à vie un rendement élevé (3,44% en moyenne) pour ne pas dire impayable depuis l’écrasement des taux d’intérêt de référence sur les marchés.

200 millions €
Solder définitivement les comptes First A coûtera encore quelque 200 millions d'euros à Ethias cette année.

Le solde dormant encore sur les First A sera revendu à un acteur étranger non actif en Belgique, car Ethias veut se débarrasser jusqu’au dernier centime de ce boulet qui a plombé ses finances pendant des années. Le coût de revente de ce reliquat est inclus dans les 200 millions d’euros estimés par Ethias aujourd’hui. Plusieurs candidats ont montré un intérêt, Ethias attend à présent les offres liantes.

"À nouveau appréciable"

Ethias annonce encore ce mardi que sa solvabilité pointe au 30 juin à 180%, en progression de 34 % par rapport à fin 2016. Ethias rejoint donc une zone plus confortable, après s’être retrouvé à la limite et même temporairement sous le seuil minimum légalement requis de 100%. "Nos résultats semestriels démontrent que notre modèle d’assureur direct, en contact permanent avec nos clients - 7 jours sur 7 -, affiche à nouveau des performances appréciables", estime le CEO Philippe Lallemand, cité dans le communiqué.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect