Publicité

Tom De Troch, CEO de Fédérale Assurance: "Nous ne serons jamais un assureur 100% numérique"

L’assureur mutualiste a un nouveau CEO en la personne de Tom De Troch. Parmi ses missions figure le déploiement d’un plan d’investissement de 100 millions d’euros sur cinq ans.

Tom De Troch est un homme pressé. Quand il nous accueille d’un "check" souriant dans les bureaux de Fédérale Assurance, qui offrent une superbe vue sur l’Hôtel de Ville de Bruxelles, le nouveau CEO nous prévient poliment qu’il a un timing à respecter. Il faut dire que depuis son intronisation en mai dernier, par laquelle il a remplacé Tom Meeus, les dossiers se sont accumulés sur son bureau. La pandémie n’est toujours pas finie, un nouveau plan d’investissement est sur les rails, et, bien sûr, les inondations qui ont frappé le pays en juillet sont encore dans les têtes.

80%
80% des dossiers relatifs aux intempéries de juillet pour un montant de plus de 10.000 euros ont déjà été payés.

"Nous avons eu quelque 1.200 dossiers, pour un montant d’environ 30 millions d’euros", explique le dynamique quadragénaire, soulignant qu’il s’agit essentiellement de particuliers. "80% des dossiers pour un montant de plus de 10.000 euros ont déjà été payés, car nous avons mis l’accent sur les dossiers graves. Nos experts flamands ont été dépêchés en urgence en Wallonie. C’est aussi grâce à notre réseau physique, nos agences sont même restées ouvertes le dimanche 21 juillet", se félicite-t-il.

La compagnie dispose effectivement d'un peu moins d'une quarantaine de bureaux à travers le royaume, dont le dernier en date a ouvert l'année passée à Uccle. Si l'extension du réseau n'est plus à l'ordre du jour, l'entreprise ne compte pas non plus en fermer prochainement.

Nouveau plan d'investissement

Fédérale Assurance mise plutôt sur un bon équilibre entre les solutions numériques destinées à faciliter la vie de ses coopérateurs et des experts disponibles en chair et en os. "Nous ne serons jamais un assureur 100% numérique", fait valoir Tom De Troch, "mais les choses évoluent et les clients se rendent moins en agence".

D'où la nécessité, comme le reste du secteur, d'investir dans ses infrastructures IT.

La compagnie ambitionne de dépasser la barre des 500 millions d'euros d'encaissement cette année, comme en 2019.

Le plan Shape25, qui remplace Stratego, prévoit une enveloppe de 100 millions d'euros pour les cinq prochaines années dans ce dessein. La simplification et la rationalisation des processus sont au cœur du projet, même si l'assureur ne part pas de zéro. "Notre dernier produit, Construct10, peut être entièrement souscrit en ligne, mais ce n'est pas encore le cas pour toute notre offre", souligne le chef d'entreprise.

En 2019, Fédérale Assurance avait dépassé pour la première fois les 500 millions d'euros d'encaissement. Une performance qu'elle n'a pas été en mesure de réitérer l'année passée en raison de la pandémie, mais Tom De Troch est confiant dans sa capacité à y arriver cette année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés