Une bonne nouvelle pour les actionnaires d'Ageas

Le groupe d'assurances Ageas veut pouvoir augmenter rapidement son capital à hauteur de 150 millions d'euros si le besoin s'en fait sentir. ©BELGA

Ageas convoque ses actionnaires en assemblée générale extraordinaire. À l'ordre du jour, une décision qui permet indirectement d'accroître le dividende.

Alors que la saison des résultats annuels touche à sa fin chez nous et que celle des assemblées générales des actionnaires censées valider ceux-ci approche à grands pas, Ageas chauffe déjà la salle.

L’assureur a convoqué, pour le jeudi 22 avril, une assemblée extraordinaire. Mais il y a fort à parier, en se basant sur l’expérience des dernières années, qu’elle ne pourra pas avoir lieu ce jour-là en raison de l’absence du quorum requis de 50% du capital. Une autre date a d’ores et déjà été fixée: le 19 mai.

Parmi les sujets à l’ordre du jour, on retiendra la proposition d’annuler 3.520.446 actions propres acquises par la société.

Annulation d'actions propres

Parmi les sujets à l’ordre du jour, on retiendra la proposition d’annuler 3.520.446 actions propres acquises par la société. Le nombre total d’actions existantes s’établira donc à 191,03 millions.

Une bonne nouvelle pour les actionnaires, car une partie du bénéfice généré par Ageas et distribué sous forme de dividendes concernera dès lors un nombre moins élevé de parts. Le coupon pourra donc, en théorie, être aisément majoré lors du prochain exercice. De quoi les consoler quelque peu de la baisse de l’action provoquée par la chute de la livre turque.

6 milliards
euros
Au cours des dix dernières années, Ageas a versé 6 milliards d’euros à ses actionnaires, dont un tiers via des rachats d’actions propres.

Et Ageas pourrait ne pas s’arrêter là. Lors de l’AG, elle va proposer d’autoriser le conseil d’administration à acquérir des actions Ageas pour une période de 24 mois.

Au cours des dix dernières années, le groupe a versé, directement ou indirectement, 6 milliards d’euros à ses actionnaires, dont un tiers via des rachats d’actions propres, rappelle De Tijd. En dix ans, le nombre d’actions existantes a été réduit de 24% via des  annulations.

Capital autorisé

Précisons que les programmes de rachat d’actions propres, lancés par des entreprises cotées et qui permettent de soutenir le cours de bourse, n’aboutissent pas tous à la destruction des titres acquis. Ils peuvent être utilisés pour la rémunération d’une partie du personnel ou être gardés en trésorerie à d’autres fins. Immobel, par exemple, a vendu les siennes via un placement privé. Et GBL vient de lancer une obligation convertible en actions GBL existantes.

Enfin, le groupe d’assurances compte aussi demander à ses actionnaires de pouvoir augmenter son capital en une ou plusieurs transactions pour un montant maximum de 150 millions d’euros, et ce, pour une période de trois ans. Cette mesure du capital autorisé est assez répandue. Elle permet à la société de saisir des opportunités d'acquisition, par exemple, sans devoir, à chaque fois, convoquer ses actionnaires pour valider une augmentation de capital.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés