Ventes et coûts en hausse chez Fédérale Assurance

©Photo News

L’assureur mutualiste a vendu 18% en plus l’an dernier, en particulier en assurance vie. Il doit aussi faire face à une hausse des frais, notamment régulatoires.

Fédérale Assurance a bouclé 2018 sur un bénéfice net de 66,2 millions d’euros, en léger recul (-1,5%). L’assureur mutualiste occupe, au dernier décompte sectoriel (2017), la 13e place sur le marché belge, avec 1,4% de part de marché.

Nous n’avons pas d’actionnaires exigeant des dividendes et une rentabilité importants. Nous devons être rentables mais, de ce fait, nous pouvons nous permettre une croissance plus modeste que d’autres.
Tom Meeus
CEO de Fédérale Assurance

Le chiffre d’affaires a, lui, augmenté de 18% sur un an, à 431 millions d’euros. Le rachat de l’anversois Optimco, effectif en fin d’année dernière, n’explique qu’en partie (9 millions) cette progression. "Le reste de la croissance est organique" se félicite le CEO Tom Meeus. Selon lui, c’est à partir de 2019 que l’apport en volumes et en synergies (sur les frais, les placements, la réassurance) apporteront leurs effets positifs.

Objectif 500 millions

L’assureur s’est donné pour objectif d’atteindre 500 millions d’euros d’encaissements à l’horizon 2020. "De quoi rester autonome et pouvoir financer la hausse des coûts fixes due aux contraintes régulatoires, qui imposent beaucoup d’investissements en ressources humaines et en IT", résume Tom Meeus.

"Nous sommes un groupe coopératif", rappelle-t-il, "ce qui signifie que nous n’avons pas d’actionnaires exigeant des dividendes et une rentabilité importants. Nous devons être rentables mais, de ce fait, nous pouvons nous permettre une croissance plus modeste que d’autres." 

Pas d’actionnaires

Fier de ne pas avoir d'actionnaires, l'assureur mutualiste axe sa communication sur le fait que c'est avec ses clients qu’il partage ses bénéfices, une partie tout au moins. Ces ristournes cumulées pointent pour 2018 à 13,2 millions d’euros 2018, en progression de 3% d’un an sur l’autre, mais dans le bas de la moyenne des dernières années.

Tom Meeus, CEO de Fédérale Assurance. ©Dieter Telemans

L’assureur note une forte hausse en assurance vie, ce que la maison attribue notamment aux rendements qu’elle sert, situés entre 2% et 2,3% net en 2018, selon Tom Meeus.

En assurance non-vie, par contre, le ratio combiné (qui compare les dépenses d'un assureur aux primes encaissées) pointe globalement à 104%, ce qui signifie que la rentabilité n’y est pas. "Ce n’est pas encore idéal", admet Tom Meeus. "Cela est dû à la fois à la hausse des coûts de régulation qui, espérons est temporaire, et à des sinistres en accidents du travail et en auto."

Fédérale Assurance distribue ses produits aux particuliers via 35 bureaux, et ses produits pour les PME via ses propres commerciaux (salariés). En tout, la maison emploie 685 équivalents temps plein.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect