Bpost veut dupliquer le modèle de Radial en Europe

©BELGAIMAGE

Bpost commence à déployer un réseau de centres de fulfillment sur le modèle de Radial en Europe. Celui-ci est déjà à l’oeuvre dans cinq pays de l’Union. Lors de l'assemblée générale des actionnaires, le CEO Koen Van Gerven a réexpliqué que bpost avait bien analysé Radial avant de l'acheter, mais que le taux d'attrition des clients s'est avéré plus élevé que prévu.

Une des priorités stratégiques de bpost est de créer une activité similaire à celle de Radial en Europe. Le CEO Koen Van Gerven l’a souligné ce mercredi lors de l’assemblée générale de la société cotée. La filiale américaine acquise au dernier trimestre 2017 a donné jusqu’ici bien des soucis aux dirigeants de bpost, en raison de la perte de nombreux clients peu après la reprise: l’opérationnel de Radial était aussi performant qu’escompté, mais pas ses équipes commerciales.

On sait que depuis, bpost a réformé l’activité commerciale de Radial, avec des améliorations marquantes dès le deuxième trimestre 2018, mais qui ne donneront leur plein effet en termes de revenus et de résultats que fin 2019 ou début 2020, ainsi que l’a répété ce mercredi le CEO. Radial offre des solutions logistiques et technologiques dédiées à l’e-commerce, pour rappel: il fait du "fulfillment", ce qui signifie qu’il prend tout en charge depuis la commande jusqu’à la livraison du produit en passant par l’entreposage, l’emballage,  l’étiquetage ou la facturation.

Trop tôt en 2019

A l’avenir, bpost a l’ambition de compenser la baisse constante du courrier en devenant un acteur important de la logistique d’e-commerce. Deux de ses trois business units y sont consacrées, l’une pour l’Europe et l’Asie, l’autre pour l’Amérique du Nord avec les filiales Radial et Landmark. Chez Radial, un signe concret d’amélioration est la valeur contractuelle des nouveaux contrats, qui dépasse les 217 millions de dollars, un montant supérieur aux attentes de bpost. Le groupe prévoit désormais que Radial contribuera à son Ebitda à concurrence de 100 à 120 millions de dollars en 2022. Pour 2019, en revanche, ce sera trop tôt: bpost table pour Radial sur "un recul d’un pourcentage à un chiffre des revenus et sur un Ebit à l’équilibre en raison du décalage dans le temps entre la signature de nouveaux clients et leur effet sur les résultats", a déclaré Baudouin de Hepcée,CFO ad interim.

 

Cinq pays européens équipés

François Cornélis a été reconduit à la présidence du conseil de bpost.

Quels sont les plans pour dupliquer le modèle Radial en Europe? Un petit actionnaire a posé la question durant l’assemblée générale. "L’essor de l’e-commerce ne se limite pas aux Etats-Unis, mais est un phénomène mondial, a répondu Koen Van Gerven. En Europe, on est un peu moins développé qu’aux States, mais cela arrive. C’est une activité très prometteuse. (...) Nous avons exprimé notre ambition à cet égard; on a les moyens et les compétences, soit en Belgique, soit aux Etats-Unis; on va les utiliser pour développer cela en Europe. On le fait déjà: on a réalisé plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires dans la logistique d’e-commerce au départ des neuf centres de fulfillment qu’on exploite dans cinq pays européens. Ce n’est qu’un début. On ambitionne de développer tout cela de la même manière qu’aux Etats-Unis."

Les cinq pays sont la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Dans ces deux derniers Etats, les centres sont un héritage direct de Radial: le groupe américain les avait installés avant le rachat.

Les circonstances du rachat

"Radial? Il y a du bon et du moins bon, ce sont des choses qui arrivent lors des acquisitions."
Koen Van Gerven
CEO de bpost

Lors de l’assemblée, un représentant du Gerfa (Groupe d’étude et réforme de la fonction administrative) a demandé comment les administrateurs et dirigeants de bpost n’avaient pas vu les problèmes commerciaux chez Radial avant de signer le rachat. "On a réalisé 24 acquisitions ces deux ou trois dernières années, a dit Van Gerven. En appliquant à chaque fois une procédure claire, dont la due diligence. Ici, les vendeurs étaient deux fonds de private equity (Sterling Partrners et Longview Asset Mgt, NDLR). On avait l’expérience de ce type de fonds. On a fait les analyses. On sait que souvent, ces fonds nettoient les choses à gauche et à droite quand ils préparent une vente. On avait demandé et obtenu de rencontrer des clients de  Radial, du moins une sélection d’entre eux. On avait discuté du ‘churn’, soit du taux de clients qui risquaient de partir. On avait retenu un taux de churn plus élevé que celui annoncé par les vendeurs. Après coup, il s’est avéré que ce taux était encore plus élevé. Mais on a aussi vu des choses plus positives que prévu après l’achat. Il y a du bon et du moins bon, ce sont des choses qui arrivent lors des acquisitions."

Cornelis reste président

1,31
euro
C'est le montant du dividende brut par action qui sera distribué par bpost.

Lors de l'assemblée, les actionnaires ont approuvé la nomination, pour quatre ans, de trois administrateurs représentant l'Etat: Laurent Levaux, Caroline Ven et Anne Dumont. Ils ont renommé François Cornelis, dont le mandat arrivait à son terme.  

Ils ont approuvé les comptes 2018 et la distribution d'un dividende de 1,31 euro brut par action (dont 1,06 euro d'acompte payé le 10 décembre 2018). Le solde est payable à partir du 15 mai 2019.

Après l'assemblée, le conseil d'administration a réélu François Cornelis à sa présidence.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect