Le réveil de l'action PostNL à Amsterdam

©ANP

Le rachat de Sandd par PostNL procurerait à ce dernier un supplément de 30% de bénéfice par action, selon le courtier britannique Jefferies.

Le réveil de l’action PostNL à la Bourse d’Amsterdam. Après une longue période de descente aux enfer s, elle a rebondi ce lundi. Elle est montée jusqu’à 1,155 euro dans la matinée, avant de subir quelques prises de bénéfice qui l’ont ramenée un peu en arrière dans l’après-midi.

Belle performance donc. Elle ne suffit pas toutefois à retrouver la barre des 4 euros qu’elle avait abandonnée il y a près d’un an déjà.

L’annonce du rachat de son plus grand rival Sandd aux Pays-Bas est à l’origine de ce rebond. Cette opération était dans l’air depuis quelque temps déjà. Mais cette fois, elle est bien partie pour se concrétiser.

Le groupe postal néerlandais débourserait entre 130 et 150 millions d’euros pour cette acquisition. PostNL s’éloigne ainsi un peu plus des griffes de son concurrent belge bpost qui, on s’en souvient, avait voulu le racheter en 2016. Mais en vain.

Pour PostNL, le rachat de Sandd n’a pas été une chose aisée. Une tentative de rapprochement avait déjà eu lieu en 2015, mais le monde politique néerlandais s’était ému des conséquences d’une telle consolidation. Cette opération avait du coup été abandonnée.Cette fois, ce sont les responsables politiques eux-mêmes qui sont à la manœuvre, selon le quotidien néerlandais De Telegraaf. Le gouvernement néerlandais s’engagerait à modifier la loi postale qui empêche un tel rapprochement.

PostNL et Sandd contrôlent conjointement la quasi-totalité du marché de la distribution du courrier, dont ils ont tous les deux souffert du déclin. PostNL aune part de marché de 70% et Sandd de 30%. Si le projet de rachat aboutit, PostNL reprendra les quelque 19.000 travailleurs de Sandd.

Des bénéfices en baisse

Parallèlement à cette annonce, PostNL a fait état de son bilan en 2018. Le postier a engrangé une légère hausse de son chiffre d’affaires (+ 1,7% à 2,48 milliards d’euros), porté par l’augmentation de la distribution de colis elle-même due à la hausse des achats sur internet.

La croissance des paquets atteint environ 20%, alors que le volume de courrier classique a reculé de 10%. Son bénéfice a reculé de 29% à 127 millions d’euros (0,29 euro par action). Selon le courtier américain Jefferies, le deal procurera 12% de bénéfices supplémentaires à PostNL.

Les actions des concurrents de PostNL sur les autres Bourses européennes ont "salué" cette opération. A Bruxelles, l'action bpost gagne en ce début d'après-midi 0,43% à 8,15 euros. A Londres par contre, après un début de séance dans le vert, Royal Mail accuse à présent un repli de 3,59% à 276,40 pence.

PostNL affiche une capitalisation boursière de 1,144 milliard d'euros,
bpost de 1,62 milliard d'euros
et Royal Mail de 2,78 milliard de GBP (3,2 milliards d'euros). 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect