Les actionnaires de bpost, grands perdants de l'ère Koen van Gerven?

©Photo News

L’action bpost a connu une belle évolution durant ses premières années d’existence. Jusqu’à ce 14 mars 2018, où la société a perdu un cinquième de sa valeur en Bourse…

Cela aurait pu être une parfaite histoire d’amour, ce sera finalement un divorce dans les larmes et les bruits de vaisselle cassée. L’histoire de bpost en Bourse sous l’ère de Koen van Gervenqui quittera l’entreprise postale à la fin de son mandat de CEO, le 26 février prochain– avait pourtant démarré sous les meilleurs auspices possibles.

"Nous tablions sur une croissance du dividende alors qu’il risque bien de rester inchangé."
Marcel Achterberg
Degroof Petercam

À peine l’homme d’affaires avait-il pris les rênes de la société en février 2014, qu’il pouvait déjà se réjouir de voir l’action bpost entrer quelques jours plus tard au sein du Bel 20, l’indice phare de la Bourse de Bruxelles. Cette année-là fut d’ailleurs la meilleure de son histoire boursière. Entrée en Bourse le 20 juin 2013 au prix de 14,50 euros, l’action a gagné 46,27% en 2014. Les années suivantes furent cependant moins extraordinaires. La publication de résultats inférieurs aux attentes des analystes en 2015 et le mariage avorté avec PostNL en 2016 poussent les investisseurs à la prudence. Et malgré deux augmentations consécutives du dividende, le titre ne parvient pas à repasser au-dessus de la barre de 25 euros l’action.

©Mediafin


Radial, source de désamour

2017 sera une année charnière pour l’avenir de bpost. Après avoir dévoilé des résultats meilleurs que prévu pour 2016, la société décide de mettre l’accent sur la croissance externe. En d’autres termes, les acquisitions. Et c’est là qu’entre en jeu le rachat du groupe Radial, pour 820 millions de dollars. Dès le départ, analystes et investisseurs se montrent sceptiques. Marc Zwartsenburg (ING) pointe la faible part de marché de la société américaine, le manque d’un track record prouvé ces dernières années,… qui augmentent le profil de risque de bpost. "Radial ne semble pas créer de valeur à moyen terme", souligne-t-il à l’époque. En Bourse, l’action perd plus de 3% le jour de l’annonce.

Mais les bons résultats de la société rassurent. À tel point que le titre remonte la pente et atteint même un plus haut historique le 16 février 2018, à 28,3 euros. Un mois plus tard, ce sera pourtant la descente aux enfers…

Le 14 mars 2018, bpost perd plus d’un cinquième de sa valeur en Bourse. La société reconnaît ce jour-là que l’année sera "riche en défis" en raison, entre autres, de la faible performance de Radial. Conséquence: bpost doit revoir ses ambitions annuelles et lance un avertissement sur résultat début mai. À cela s’ajoutent les craintes croissantes sur l’avenir du dividende.

"Nous tablions comme le marché sur une croissance du dividende pour la période 2018-2020 alors qu’il risque bien de rester inchangé cette année", note à ce moment-là Marcel Achterberg de Degroof Petercam. Au final, bpost perdra environ les deux tiers de sa valeur boursière en moins d’un an. Ce qui provoquera la sortie de l’action hors du Bel 20 en mars 2019. Retour à la case départ pour les actionnaires?

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect