Span Diffusion, 4e opérateur postal en Belgique

©Photo News

Après bpost, TBC-Post et Glejor, Span Diffusion a également décroché une licence d’opérateur de services postaux auprès de l’IBPT. La PME entend se concentrer sur les envois publicitaires adressés à Bruxelles. Elle emploie une soixantaine de personnes.

Bpost hérite d’un troisième concurrent sur le marché du courrier: le nouvel arrivant s’appelle Span Diffusion, il s’agit d’une PME fondée voici vingt-six ans par Philippe Spanoghe et qui se contentait, jusqu’ici, de distribuer des toutes-boîtes sur Bruxelles. Après bpost, Mosaïc (TBC-Post) en 2013 et la petite entreprise limbourgeoise Glejor l’an dernier, Span Diffusion a décroché elle aussi une licence individuelle pour la prestation d’un service d’envois de correspondance qui relève du service universel. L’IBPT, le régulateur des marchés télécom et postal, lui a octroyé le précieux sésame au début du mois de septembre, a-t-on appris à bonnes sources. A l’IBPT, on se contente d’indiquer qu’une communication sera faite à ce sujet sous peu, tandis que chez Span Diffusion, le fondateur confirme avoir obtenu la licence.

" Je vise un service très précis, explique Philippe Spanoghe : la distribution de publicité adressée sur Bruxelles et ses dix-neuf communes." Il faut savoir que les toutes-boîtes envoyées sans adresses individuelles sont soumises à des taxes communales, auxquelles échappent les envois sous adresses. Il est donc intéressant pour les clients annonceurs de passer aux envois adressés, mais cela requiert pour le distributeur responsable la détention d’une licence individuelle.

"Je vise un service très précis: la distribution de publicité adressée sur Bruxelles."
Philippe Spanoghe
fondateur, Span Diffusion

C’est grosso modo pour la même raison que Glejor avait requis elle-même une licence individuelle il y a un an: elle s’est notamment spécialisée dans la distribution d’imprimés adressés pour le compte d’administrations communales: comme il s’agit ici aussi d’envois avec adresse, elle a dû solliciter elle aussi l’IBPT. Aucune de ces deux entreprises n’a l’intention, actuellement, d’offrir leurs services sur l’ensemble du territoire. Avant 2017, il était impossible pour elles de décrocher une licence d’opérateur de services postaux. Mais depuis cette année-là, sous la pression de l’Union européenne, le législateur belge a revu la loi postale en élargissant les conditions de licence; il a entre autres supprimé l’obligation de couverture du terrtoire national tout entier.

Diversification

Jusquà présent, Span Diffusion opérait dans le créneau des toutes-boîtes pour une série de clients émargeant notamment au secteur du retail. Citons Paris XL, Carrefour ou Colruyt. C’est dans une optique de diversification que Philippe Spanoghe a décidé d’élargir ses activités aux envois adressés. "Nous avons obtenu la licence il y a un mois et nous avons commencé à travailler sous ce nouveau régime, dit-il. Il nous faut à présent trouver des clients. Nous en avons déjà un, mais l’objectif est évidemment d’en signer d’autres. C’est compliqué à mettre en place..."

Il faut non seulement disposer de fichiers d’adresses, mais aussi de l’accord donné au préalable par les destinataires. C’est une des obligations contenues dans le Règlement général sur la Protection des Données (RGPD). On est dans le cadre du traitement de données à caractère personnel, sur la base de données obtenues auprès de tiers; il faut donc s’assurer du consentement préalable des personnes concernées.

Span Diffusion emploie une soixantaine de travailleurs, tous occupés en Région bruxelloise. A priori, l’entreprise va continuer de se concentrer sur la capitale. Elle n’a pas de projet, pour l’heure, d’extension de ses services au-delà, précise encore son fondateur.

Avec Span Diffusion, la Belgique compte désormais quatre opérateurs de services postaux. La révision de la loi postale commence donc à avoir des effets dans le marché. On peut raisonnablement supposer qu’à l’exemple des deux derniers entrants, d’autres entreprises vont suivre, sans que cela menace réellement le pré carré de bpost. Seul TBC-Post a osé s’y frotter jusqu’ici, et il ne l’a pas fait sans mal, puisqu’il est en butte à l’ignorance des administrations qui oublient d’ouvrir leurs marchés de correspondance.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect