Suez réfléchit à la vente de ses opérations belges

"Suez cédera ses actifs là où nous ne sommes pas compétitifs", avait déclaré le PDG de Suez en novembre. La Belgique pourrait être visée. ©document Suez

Le groupe Suez, actif en Belgique dans la gestion des déchets, avait présenté en octobre dernier un plan stratégique sur 4 ans. Aujourd'hui, la vente de certaines activités serait en réflexion.

Suez réfléchit à se délester de différentes opérations de gestion des déchets en Europe avec pour ambition de réduire sa dette et de poursuivre son expansion dans les marchés porteurs, apprend-on de sources proches du dossier.

Le groupe français se serait donc entouré de conseillers pour sonder l'intérêt du marché pour les activités suédoises, belges, néerlandaises et luxembourgeoises. L'entité scandinave pourrait être valorisée à quelque 400 millions d'euros, mais la valorisation de l'entité du Benelux pourrait être supérieure.

Accroître les rendements des actionnaires

En octobre dernier, Suez avait dévoilé ses plans stratégiques sur 4 ans visant à s'alléger d'actifs, pour une valeur allant jusqu'à 4 milliards d'euros, et à réduire les coûts afin d'accroître les rendements des actionnaires.

Suez cédera des actifs là où nous pensons ne pas être compétitifs ou là où nous ne pouvons plus créer de valeur.
Bertrand Camus
PDG de Suez

Pour l'heure, aucune décision définitive n'a été prise. Rien ne dit que les discussions mèneront à la conclusion d'un accord, nuance-t-on. Dans le chef de Suez, on se refuse à tout commentaire. "Suez cédera des actifs là où nous pensons ne pas être compétitifs, où nous ne pouvons plus créer de valeur", déclarait le PDG Bertrand Camus en novembre dernier.

En Belgique, Suez est présent via 45 sites. Il emploie quelque 1.900 personnes, pour un chiffre d'affaires affiché à plus de 17 milliards d'euros en 2018.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés