Takeaway et Just Eat fusionnent pour concurrencer Uber Eats

Le CEO de Takeaway.com, Jitse Groen, lors de l'introduction en bourse de sa société en 2016. ©ANP

Les spécialistes de la livraison de repas commandés en ligne s'unissent face à Deliveroo et Uber Eats dans une nouvelle entité détenue à 52% par Just Eat. L'opération est estimée à 6 milliards de dollars (5,6 milliards d'euros).

Le néerlandais Takeaway.com et son homologue britannique Just Eat  ont annoncé un accord de principe sur la fusion de leurs activités ce lundi matin. Les actionnaires de Just Eat recevront 0,09744 action Takeaway par titre détenu, ce qui correspond à une valeur de 731 pence par action Just Eat, soit une prime de 15% par rapport au cours de clôture de vendredi dernier à Londres. La valeur de la combinaison des deux sociétés est estimée autour de 10 milliards de dollars par les analystes.

5,6
milliards
La fusion entre Takeaway et Just Eat est annoncée à 5,6 milliards d'euros.

L'opération, censée donner naissance à un concurrent de taille au géant américain Uber Eats, est annoncée à 5,6 milliards d'euros. La nouvelle entité sera détenue à 52,2 % par Just Eat et orchestrera ses activités depuis Amsterdam, tout en maintenant sa cotation sur la Bourse de Londres. La cotation de Takeaway sur la bourse d'Amsterdam sera, elle, radiée.

L'actuel directeur général de Takeaway, Jitse Groen, conservera son poste à la tête de la combinaison des deux sociétés alors que Mike Evans, le président de Just Eat devrait conserver son poste à l'échelle de la nouvelle entité. Il sera épaulé par l'actuel président de Takeaway, Adriaan Nühn, qui se verra attribuer le titre de vice-président du nouveau groupe.

Course-poursuite

Takeaway s'était déjà renforcé en décembre dernier en rachetant les activités allemandes de son concurrent Delivery Hero pour 1 milliard de dollars. De son côté, Just Eat s'octroie la possibilité de redresser la barre sur le marché britannique, où les arrivées successives de Deliveroo et Uber Eats s'étaient, là aussi, fait ressentir. 

Egalement présent au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande, le spécialiste britannique des livraisons de repas à domicile a réalisé un chiffre d'affaires de 780 millions d'euros en 2018 pour un bénéfice de 80 millions. Takeaway, actif dans 10 pays européens, dont la Belgique, et Israël, a connu une hausse de 44% de son chiffres d'affaires l'an passé, à 240 millions d'euros, pour une perte nette de 14 millions d'euros. Après cette opération, le nouveau groupe occuperait une position dominante au Royaume-Uni, au Canada, en Allemagne et aux Pays-Bas. 

Sans cesse plus concurrentiel, le marché de la livraison online de nourriture à domicile est en pleine phase de consolidation, avec des conséquences particulièrement visibles en Europe. Face à la force de frappe du géant américain Uber, et de son service Uber Eats, les acteurs européens se positionnent et tentent de s'accrocher à un peloton de tête, pour l'instant composé d'Uber Eats, Deliveroo et, donc, de Just Eat Takeway.com. En mai 2019, le britannique Deliveroo avait fait taire les rumeurs de reprise de ses activités par Uber en parvenant à lever 1,38 milliards d'euros, 515 millions desquels avaient étés investis par le géant de la tech Amazon. Tantôt rachetés, tantôt défaits, les plus petits joueurs disparaissent les uns après les autres, à l’image de l’allemand Foodora, d’abord repris par Delivery Hero, allemand lui aussi, puis par Takeaway ou du belge Take Eat Easy, sorti de route en 2016.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect