Accenture est le tout premier à monter à quai dans la Gare maritime reconstruite

©Kristof Vadino

Accenture sera le premier locataire à recevoir les clés de son module B1, érigé et meublé sous la voûte de la Gare maritime, sur le site de Tour & Taxis. Sur quatre niveaux, 1.150 employés se partageront 630 postes de travail hyperconnectés.

Dès la semaine prochaine, la société de conseil Accenture sera la première à s’installer dans un nouveau complexe mixte ultramoderne en bois, logé sous les toitures centenaires rénovées de la Gare maritime, sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles. Bienvenue dans le bureau durable de demain.

Pour les 1.150 employés qui vont y déménager (sur les quelque 1.500 que compte Accenture en Belgique), il faudra sans doute un certain temps d’acclimatation. Mais la direction croit dur comme fer en ce shift mûrement réfléchi. De l’absence de bureau fixe, ses employés ont déjà l’habitude depuis longtemps. Depuis qu’ils ont déménagé du Botanique vers le n°16 du boulevard de Waterloo il y a dix ans. Mais désormais, ils vont bénéficier d’un supplément d’espace non négligeable (+32%), et leur environnement sera entièrement revu, avec le bois (durable) sur quatre niveaux comme trame de travail.

Voici les nouveaux bureaux d'Accenture à Tour & Taxis

Avec une surface totale de 5.123 m² pour 630 postes de travail, il s’agit également d’une première, unique en Europe et inédite au sein du groupe international Accenture. Cet espace de travail inédit, où le bois est omniprésent, où qu’on porte le regard, est pourtant lové dans un immense cocon d’acier et de verre.

185
euros
Le montant du loyer qui sera versé par Accenture s'élève à environ 185 euros le m² sans les gratuités.

Le module dédié à Accenture, le B1, fait partie d’une série de dix, tous indépendants et érigés dans le hall principal de la Gare maritime, le long d’une interminable rambla rectiligne comme dans un village où il ne pleut jamais. L’ancienne gare de marchandises, où les trains entraient pour être chargés ou déchargés à l’abri, offre une surface au sol couverte de 140 mètres de large et 280 de long, soit quatre hectares au total. Quatre fois la surface de l'emblématique Covent Garden à Londres.

Choix audacieux mais logique

Pour le choix de sa nouvelle adresse, Accenture a longuement sondé le marché. "En prenant en compte le lieu de résidence de tous nos employés et leurs modes de déplacement, Vilvoorde, où nous avions déjà un siège, était en théorie le lieu idéal. Nous attachons en effet une grande importance à la réduction des émissions de CO2 de l’entreprise et à l’accessibilité de notre lieu de travail. Un bon nœud de transports publics à proximité était donc capital. Mais nous sommes également convaincus que les entreprises qui quittent le centre de Bruxelles ne font qu’aggraver le problème de la mobilité périurbaine", souligne Bart De Ridder, le patron d’Accenture Belgium.

Les employés ont été étroitement associés aux aménagements de leur bureau, notamment en ce qui concerne le mobilier, les plantes et les œuvres d’art.

Il y a trois ans, en collaboration avec le consultant en immobilier CBRE, il a donc visité 23 sites, tous dotés du code postal 1000, à proximité des principales gares bruxelloises du Nord, du Centre et du Sud. Et au final, le choix s’est porté sur le site de la Gare maritime, redessiné selon un projet du bureau d’architectes Willem-Jan Neutelings, tout différent de celui dessiné un peu auparavant pour héberger l’administration flamande et rebaptisé Herman Teirlinck pour l’occasion.

La décision a alors été prise de rassembler sous un seul toit les sièges du boulevard de Waterloo et de Vilvoorde. Selon Bart De Ridder, le montant du loyer – environ 185 euros le m² sans les gratuités – n’était pas le premier paramètre. Au final, il est inférieur à celui du centre-ville (220 euros le m²)... mais supérieur à celui de Vilvoorde. "Et les coûts de relocalisation et d’installation sont restés assez proches du budget prévu", ajoute-t-il.

"Plus sûr que le centre-ville"

Au cours de cette procédure de sélection, la candidature de l’image de "plaque tournante de la ville", de "ville dans la ville où le commerce, la vie quotidienne, la culture sont étroitement liés" a émergé. À ce moment, la Belgique était sous le coup de la terreur et des attentats. La Gare maritime étant proche du "trou de l’enfer", tel que les médias ont qualifié Molenbeek à l’époque, cela a soulevé des questions sur le ressenti des employés. Depuis, fort heureusement, l’image du quartier a bien évolué.

"L’expert norvégien de la sécurité d’Accenture est passé un soir sur le site et a conclu qu’il était plus sûr que le centre-ville. Et cela collait aussi avec un projet pionnier qui dépasse les clivages traditionnels: le directeur des opérations du groupe à l’échelle mondiale est un Flamand (Jo Deblaere, NDLR)", sourit le patron, heureux de voir Bruxelles rayonner de plus en plus à l’international.

©Kristof Vadino

Du bois et de la haute technologie

Quant au bâtiment proprement dit, il a peut-être été construit en bois – un des matériaux de construction les plus anciens –, mais il intègre la haute technologie dans ses moindres recoins. Le bureau Accenture de Bruxelles est le premier à déployer la Surface "Hub 2S", qui permet, en rendant les contraintes techniques plus conviviales, de collaborer plus aisément en interne. Par exemple, on n’a plus accès au bâtiment avec un badge, mais avec son téléphone portable. Et à peu près tout, dans l’infrastructure, est sans fil, de la présentation qu’on diffuse à l’écran à la recharge des téléphones mobiles. Des capteurs surveillent la température à tous les endroits et des applications vous aident à trouver votre chemin.

Mieux: au cours de l’année écoulée, les employés ont été étroitement associés aux aménagements de leur bureau, notamment en ce qui concerne le mobilier, les plantes et les œuvres d’art. "À leur demande, alors qu’on s’attendait à voir réclamées des salles de jeu ou de sport, on a finalement opté pour des salles de silence, une bibliothèque et un espace de soins pour les mamans", précise Bart De Ridder.

Fidéliser les talents

Notre lieu de travail sera un incubateur où nous créerons avec les clients.
Bart De Ridder
Directeur général d’Accenture Belgique

Bart De Ridder ajoute qu’Accenture veut intégrer le bâtiment le plus rapidement pour fidéliser et attirer les talents. Le besoin est croissant: plus que jamais, les consultants sont confrontés à un taux de rotation élevé du personnel. Les jeunes se sentent moins facilement liés à une entreprise et sont facilement débauchés. Le turnover est donc une préoccupation prioritaire.

Accenture souhaite, en outre, recruter 300 nouveaux employés au cours de l’exercice en cours, avec ou sans expérience. Les salaires ont la réputation d’être très élevés, tout comme les possibilités de croissance. Mais les exigences imposées aux employés sont élevées aussi.

Espace ouvert, client intégré

Les nouveaux bureaux seront également un espace ouvert. Celui qui passe pourra aisément voir ce qui se trame à l’intérieur. Le nouveau siège d’entreprise doit également faciliter l’évolution rapide des relations avec les clients. "Nous ne sommes plus des consultants traditionnels qui viennent chez vous vous dire comment faire, puis disparaissent. Notre lieu de travail sera un incubateur où nous réfléchirons et créerons avec nos clients. Le bureau de Bruxelles fera d’ailleurs partie du réseau d’Accenture Liquid Studio. Ce sont des endroits où les clients, les partenaires de l’écosystème (par exemple, les personnes impliquées) et les employés travaillent ensemble pour trouver des solutions, en partant de défis concrets fixés dans des délais rapides avec des résultats tangibles".

©Kristof Vadino


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect