reportage

Alibaba veut révolutionner le commerce en Europe à partir de Liège

©BELGA

Lors du dernier jour de la mission économique belge en Chine, les responsables d’Alibaba ont expliqué les mérites de leur business model, présenté comme étant aux antipodes de celui d’Amazon. Dans le modèle d’Alibaba, les entreprises belges doivent profiter de la présence du hub liégeois pour se lancer dans l’e-commerce et référencer leurs produits sur les plateformes de vente du géant de l’internet.

Les Chinois, qui ont inventé le commerce il y a quelques milliers d’années, sont à nouveau en train de le révolutionner. Les membres de la délégation belge qui ont été reçus jeudi à Shanghai par des responsables d’Alibaba au dernier jour de la mission économique ont pu mesurer à quel point le géant chinois de l’e-commerce sortait des schémas de vente classiques pour réinventer complètement la distribution, les habitudes de consommation et même la production.

Selon eux, Liège, mais aussi les entreprises belges, pourraient rapidement devenir les acteurs et les bénéficiaires de ce bouleversement né en Chine. "Je vous veux tous", a conclu Tomi Chen, directeur food & beverages and home category chez Tmall Global, une des plateformes en ligne d’Alibaba, après son exposé devant un parterre de dirigeants d’entreprise wallons, bruxellois et flamands.

Premiers pas dans l’e-commerce

Résumer l’arrivée d’Alibaba à Liège aux seuls produits en provenance de Chine et à de la logistique d’e-commerce est non seulement réducteur, mais aussi erroné. Dans le modèle d’Alibaba, les entreprises belges doivent profiter de la présence du hub liégeois pour se lancer dans l’e-commerce et référencer leurs produits sur les plateformes de vente du géant de l’internet.

"C’est dans les petites PME qu’Alibaba a permis la création de 40 millions d’emplois en Chine rien qu’en 2018."
Michel Kempeneers
responsable COO Overseas Export-Investment à l’Awex

Ce qui explique les nombreuses réunions B2B qui se sont tenues dans la mégalopole chinoise entre des entreprises belges et ces nouveaux acteurs que sont les plateformes comme Tmall Global, Kaola ou encore Freshippo. Présenté lui aussi comme disruptif, ce dernier concept est une sorte de supermarché qui permet de réunir à la fois le magasin physique et des éléments du retail en ligne.

"Ce type de sociétés d’e-commerce peut aider les PME belges à se faire davantage une place sur le marché européen, voire mondial, en évitant les pièges des grossistes et des grandes enseignes multinationales qui gèrent les échanges de biens, souvent avec des marges énormes et peu contrôlables, fait valoir Michel Kempeneers, responsable COO Overseas Export-Investment à l’Awex. L’e-commerce est le meilleur moyen de sortir des schémas de vente classiques, de favoriser les petites structures, le commerce de proximité et les circuits courts. C’est dans les petites PME qu’Alibaba a permis la création de 40 millions d’emplois en Chine, rien qu’en 2018".

Alibaba vs Amazon

Le business model du géant chinois se présente comme étant aux antipodes de celui du mastodonte américain Amazon. Si ce dernier aligne les mega-entrepôts, Alibaba, qui compte nettement moins d’employés que son rival US, indique quant à lui s’appuyer sur une constellation de sous-traitants et d’intégrateurs logistiques. Il a aussi recours à de nombreuses autres sociétés de services pour les voyages, le paiement ou le cloud computing.

©REUTERS

"Lors de sa rencontre avec les ministres belges et la princesse Astrid, le numéro un de la filiale financière d’Alibaba, qui est aussi responsable de tous les projets de globalisation, a indiqué qu’ils voulaient non seulement renforcer le bureau de Liège et l’entrepôt au niveau de la logistique pour l’ensemble du continent européen, mais qu’ils entendaient aussi en faire la base de leur electronic world trade platform (EWTP), une plateforme électronique qui permet à un maximum de petites et moyennes sociétés de se connecter", relève encore Michel Kempeneers. Le centre liégeois sera par ailleurs utilisé pour la formation au commerce électronique, mais aussi comme hub pour connecter l’Asie avec toute l’Europe et faire de la triangulation avec l’Afrique, où le Rwanda a déjà rejoint la plateforme EWTP.

L’apport du tourisme

Et puis enfin, il y a le tourisme. Lors de leurs présentations vidéo, les responsables d’Alibaba ont mis en évidence que Bierset avait été retenu comme un des cinq centres pour l’accueil de touristes, aux côtés de Dubaï, Kuala Lumpur, Hong Kong et Moscou. "Enfin, ce qui est aussi très intéressant, conclut Michel Kempeneers, c’est qu’ils aimeraient bien développer à Liège une facilité pour les touristes chinois qui sont maintenant en Europe et qui achètent de nombreux cadeaux. Grâce à la connexion avec leur système de paiement AliPay, ils veulent mettre en place toute une chaîne logistique pour que les touristes chinois ne doivent plus porter jusqu’à l’avion les achats faits en Europe".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect