Après un recrutement massif, bpost a licencié 500 personnes

Bpost avait dû recruter en masse pendant le confinement. Nombre de ces contrats temporaires n'ont pas été prolongés. ©Tim Dirven

Depuis le 1e janvier, bpost a supprimé plus de 1.000 emplois, dont la moitié via des licenciements. Elle connaît aussi un afflux de candidats facteurs suite à la crise sanitaire.

Entre le 1er janvier et le 15 septembre 2020, 1.137 salariés ont quitté bpost . C'est ce qui ressort des chiffres transmis par l'ancien ministre en charge de bpost, Philippe De Backer (Open Vld). Au cours de la même période, 651 autres employés ont quitté volontairement l'entreprise.

Maria Vindevoghel (PVDA) a interrogé, mardi en commission parlementaire, le CEO de bpost sur ces chiffres. "Je suis choqué", a répondu Jean-Paul Van Avermaet. "Je pense que c'est un 'méga chiffre'."

Des contrats temporaires non renouvelés

Suite à la crise sanitaire, et à la forte hausse du trafic de colis qu'elle avait entraînée, bpost avait dû engager à tour de bras pour des périodes déterminées. Il ressort ainsi que la moitié de ces 1.1.7 suppressions d'emplois concernaient la résiliation de contrats de nouveaux engagés qui avaient été appelés à renforcer temporairement les équipes.

"Beaucoup de gens sous-estiment le métier de facteur."
Jean-Pierre Nyns
Syndicat socialiste

Outre ces quelque 500 salariés temporaires passés à la trappe, les chiffres indiquent que bpost a licencié 500 personnes. "Ce chiffre comprend tous les types de licenciements, y compris les salariés qui, par exemple, ne se sont pas présentés dès le premier jour de travail", explique la porte-parole de bpost, Barbara Van Speybroeck. "Nous employons quelque 30.000 employés. Cela met les choses en perspective."

Ces chiffres ne surprennent guère les syndicats. "Beaucoup de gens sous-estiment le métier de facteur", indique Jean-Pierre Nyns du syndicat socialiste. "Les débutants remarquent souvent rapidement que le travail ne leur convient pas ou ils commettent une chose stupide, comme jeter toutes les lettres dans une poubelle."

2.000
recrues
Bpost vise pour cette année 2.000 nouvelles recrues pour gérer le boom des colis attendu en fin d'année.

"Pendant longtemps, nous avons connu une pénurie chronique de facteurs en Flandre", poursuit Jean-Pierre Nyns. "La crise du Covid a vu comme effet une masse de personnes postulant pour un emploi. Bpost a donc soudain vu un afflux de candidats."

Bpost embauche aussi

Notons à contrario, que bpost a engagé 600 personnes depuis mars. Au total, la société vise, pour cette année, 2.000 recrues pour gérer le boom des colis attendu en fin d'année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés