"Bpost promet 1.000 emplois en plus", mais la CSC rejette le préaccord

©Photo News

Le préaccord conclu lundi soir chez bpost a été présenté aux délégués du personnel, qui l'ont rejeté du côté de la CSC. Pour les libéraux et les socialistes, aucune décision n'a encore été prise.

Après concertation en interne, le syndicat chrétien CSC a rejeté le préaccord avec la direction de bpost. "Nos travailleurs ont jaugé l'accord et l'ont trouvé insuffisant", explique Annick Boon, responsable de secteur à la CSC. Il était déjà clair que le préaccord en soi n'était pas suffisant pour les syndicats. 

Pour le syndicat libéral SLFP, il faut encore le retravailler. Côté socialiste, les "émotions sont fortes" mais le syndicat consulterait toujours le personnel.

La CSC a rejeté l'accord tant côté francophone que néerlandophone. "Très peu d'exigences du tract du front commun ont été rencontrées. Nous attendons la position des autres partenaires", indique la CSC-Transcom dans un communiqué. "En signe de désaccord, une délégation ACV-CSC fera un piquet informatif (sans blocage donc) à New Bruxelles X ce mardi jusque 22h00 comme prévu dans l'agenda commun", précise encore le syndicat. "Nous allons étudier jeudi en front commun syndical comment aboutir à de bonnes solutions", a souligné Annick Boon.

Du côté de la direction de bpost, on se dit déterminé à parvenir à un accord final, tout en appréciant le fait que les actions syndicales soient suspendues, "un signal important", selon la direction. "Le préaccord contient un grand nombre d'éléments positifs qui peuvent représenter une avancée importante pour le bien-être des employés et pour l'avenir de bpost. Nous sommes prêts à poursuivre le développement de ce pré-accord pour aboutir à un plan qui est satisfaisant pour tous les employés. Nous espérons recevoir rapidement un mandat des partenaires sociaux pour y parvenir. Je tiens à dire que nous avons travaillé de manière constructive et intensive au cours de ces derniers jours, j'aimerais maintenant aboutir à des solutions concrètes", a encore indiqué Koen Van Gerven, CEO de bpost.  

1.000 jobs temporaires 

La grogne, qui dure depuis jeudi, a mis la société à l'arrêt. Bpost a promis 1.000 emplois temporaires dans le préaccord. "Le problème c'est que l'on a déjà promis cela mais bpost a des difficultés à recruter. Le personnel veut des garanties solides. Les gens sur le terrain sont déçus", ajoute la responsable syndicale.

Pour la première fois, ce midi, les syndicats s'étaient étendus sur le fond de l'accord. La direction leur a promis 100 recrutements immédiats pour les quelque 400 fonctions pénibles, "afin d'arriver à un niveau acceptable". Quelque 900 emplois temporaires viendraient s'ajouter durant les périodes de fin d'année.

Comment bpost compte-t-elle recruter ce personnel? La question reste donc posée notamment lorsqu'on voit le nombre de postes aujourd'hui vacants et sans candidat.

Marc De Mulder indique que bpost veut davantage contrôler le processus de recrutement. La société se tourne vers des bureaux d'intérim et veut éviter de voir des candidats qualifiés atterrir ailleurs. Un important investissement est également promis dans la formation.

Autre point de grogne: le système géoroute. Ce système gère le système de rondes des facteurs. "Nous en sommes déjà à la 20e version", indique Jean-Pierre Nyns. bpost se serait désormais engagée à suspendre toutes les réorganisations en cours, "des exercices d'économies", insistent les syndicats. Un nouveau modèle d'organisation sera aussi discuté.

Troisième point: la direction de bpost serait prête à transformer ses contrats à durée déterminée du réseau retail en contrats à durée indéterminée, de renégocier ses contrats d'externalisation et de rapidement discuter d'une nouvelle convention collective. "La direction accepte le signal du personnel et se montre respectueuse. Le message a été bien compris, c'est une bonne nouvelle", salue Jean-Pierre Nyns.

Le panier de promesses est donc rempli, mais "ce n'est absolument pas suffisant". "Il y a encore du pain sur la planche", conclut le syndicaliste socialiste.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés