Publicité

Bpost réagit à la baisse de volume du courrier

La fusion des activités courrier et colis de bpost ne devrait pas se faire du jour au lendemain, assure-t-on au sein de l'entreprise postale. ©Photo News

Bpost envisage de fusionner ses activités colis et courrier afin de pallier la chute du volume de lettres et faire face à la concurrence.

Bpost réagit à la baisse de volume du courrier traité. Selon Le Soir, la société a décidé de fusionner la division Mail&Retail (courrier) et Parcels&Logistics (colis).

"Ce rapprochement est devenu nécessaire pour éviter tout choc social," explique une source interne. "Il va falloir transférer vers l’activité colis le personnel qui va devenir excédentaire dans le courrier suite à la baisse des volumes. C’est un processus qui est lancé et qui va se mettre en place petit à petit. On prépare les quinze ans qui viennent. Tout cela va se faire en prenant le temps, afin de conserver les compétences."

Bpost "ne veut pas être dépendante du courrier postal (dont les volumes diminuent constamment: -31% sur les cinq dernières années) mais veut assurer son avenir de manière économiquement durable à long terme", nous dit-on au siège. "L’entreprise a donc une stratégie claire, à savoir se transformer en un groupe aux activités diversifiées."

Réactions syndicales

Du côté des organisations syndicales, les premières réactions sont positives. À la CGSP (socialiste) comme à la SLFP (libéral), on juge le projet favorablement: il devrait mettre fin à une série de doublons et clarifier la structure pour tout le monde, soulignent-elles en première analyse. Et ce, sans impact pour l'emploi.

De nombreuses questions restent toutefois en suspens, comme qui dirigera la nouvelle entité?

L'argent européen reste en Europe

Enfin, une autre décision semble avoir été prise. Elle vise, cette fois, la filiale américaine Radial. Cette dernière ne devrait plus recevoir d’argent de la Belgique pour voler de ses propres ailes. Le financement de son développement se fera sur base de ses fonds propres ou d'une levée de fonds aux États-Unis.

Bpost a décidé, en effet, que, désormais, l'argent généré en Europe ne servira plus qu’au développement des activités européennes, et belges en particulier, selon Le Soir.

Dans le chef de bpost, on ne confirme ni n'infirme l'information. On y rappelle simplement ces propos tenus il y a un mois par le CEO Dirk Tirez: "Le financement de la croissance de Radial pourrait aussi se financer par la contribution de Radial au groupe belge (par exemple, paiement de dividendes). »

Ces décisions interviennent alors qu'au début du mois, Amazon a commencé à confier une partie de ses colis à des sous-traitants locaux pour les livraisons à domicile dans les zones les plus densément peuplées, et ce, au détriment de bpost dont le géant de l'e-commerce affirme toutefois rester client.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés