Publicité

Ce que le marché attend des résultats trimestriels de bpost

Depuis le début de l'année, l'action bpost a progressé de 12% contre 65% pour son concurrent PostNL. ©BELGAIMAGE

Bpost livrera ses résultats du deuxième trimestre ce jeudi après bourse. Malgré des revenus opérationnels stables, les analystes anticipent un bond de 26% de l'Ebit ajusté.

Deux décisions récentes sont venues rassurer sur la bonne marche des affaires chez bpost qui publiera ses résultats du deuxième trimestre ce jeudi après bourse.

Tout d’abord, Dirk Tirez, qui connaît bien la maison puisqu’il y travaille depuis 18 ans dans différentes fonctions, a été désigné comme CEO, après avoir assuré l’intérim pendant quatre mois dans la foulée du départ de Jean-Paul Van Avermaet.

Deux semaines plus tard, le 7e contrat de gestion entre l’opérateur postal et le gouvernement a été approuvé pour une période de 5 ans. Comme le signalait Thomas Couvreur de KBC Securities ("accumuler" ; 11 euros) certaines barres ont été levées mais une compensation supplémentaire de 16 millions d’euros par an devrait rendre ces changements financièrement neutres.

Bpost sous-performe le Bel 20

En bourse, la prudence reste de mise vis-à-vis de la valeur. Les investisseurs attendent confirmation que la stratégie mise en place pour déployer le groupe en opérateur de logistique d’e-commerce porte durablement ses fruits, surtout aux États-Unis, où l’achat de Radial ne s’est pas fait sans déconvenues.

Ainsi, depuis le début de l’année, l’action n’a-t-elle gagné que 12,2% alors que, dans le même temps, le Bel 20 grimpait de 16,4% et son concurrent PostNL s’envolait de 65%!

Retour à la normale

Dans ce contexte, que peut-on attendre des chiffres du deuxième trimestre ? On rappellera, d’abord, que ceux de la même période de l’an dernier ont été marqués par le confinement.

Depuis le début de l’année, l’action bpost n'a gagné que 12,2% alors que, dans le même temps, le Bel 20 grimpait de 16,4% et son concurrent PostNL s’envolait de 65% !

Négativement pour le courrier classique, à hauteur de 37 millions d’euros , mais positivement, on s’en doute, pour les colis en Europe et Asie (+13,1 millions) et en Amérique du Nord (+16,5 millions). Au final, l’Ebit ajusté s’est établi à 74,9 millions d’euros en chute de 30% d’une année sur l’autre.  

Le confinement ayant été levé un peu partout entre avril et juin de cette année, les chiffres trimestriels devraient reprendre un profil plus "normal".

Prévisions relevées?

Selon le consensus des analystes établit par bpost, l’ebit ajusté des activités de courrier devrait bondir de 64% à 59,1 millions d’euros, tandis que celui des colis en Europe-Asie est attendu à 35,6 millions d’euros (+10%). Par contre, une chute de 49% à 8,9 millions d’euros est anticipée en Amérique du Nord par les analystes.

L’Ebit ajusté total devrait donc, l’un dans l’autre, enregistrer une progression de 26% à 94,3 millions d’euros alors que le revenu opérationnel ne devrait pas bouger sensiblement. De quoi, si le consensus se concrétise, relever encore une fois sa prévision d’un Ebit ajusté supérieur à 310 millions d’euros? De leur côté, les analystes tablent sur un chiffre de 337, 3 millions.

Notons, pour terminer, que les brokers qui suivent bpost sont dans une large majorité (9 sur 11) à l’achat sur la valeur. L’objectif de cours moyen s’élève à 12,1 euros, ce qui représente un potentiel de hausse de 25% par rapport au cours actuel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés