Chiffre d'affaires en baisse pour Suez Environnement

©wijnbergh/Hollandse Hoogte

Suez Environnement a annoncé lundi un chiffre d'affaires en baisse de 2,6% au premier trimestre, affecté par la baisse du volume de déchets traités et la fin du chantier de l'usine de dessalement d'eau de Melbourne, mais une hausse de sa rentabilité d'exploitation.


Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe français spécialisé dans la gestion de l'eau et des déchets a réalisé un chiffre d'affaires de 3,50 milliards d'euros (-2,6%), un bénéfice brut d'exploitation de 570 millions (Ebitda, +0,8%) et a atteint une marge brute d'exploitation de 16,3%, contre 15,8% au premier trimestre 2012, indique-t-il dans un communiqué.

Ces résultats sont en ligne avec le consensus réalisé par l'agence Bloomberg auprès des analystes, qui misaient en moyenne sur des ventes de 3,51 milliards et un bénéfice brut d'exploitation de 565 millions.

"La performance opérationnelle reste bonne, malgré un contexte économique difficile en Europe", fait valoir le directeur général de Suez Environnement Jean-Louis Chaussade, cité dans le communiqué.

Suez Environnement confirme sans surprise ses prévisions annuelles annoncées lors des résultats annuels en février, c'est à dire un chiffre d'affaires "au moins égal" à celui de 2012 et un bénéfice Ebitda en hausse de 4%.

Les deux principaux marchés de Suez, l'eau et les déchets en Europe, ont connu des sorts contrastés; l'eau affiche une croissance de 3,3% à 1,04 milliard, "bénéficiant de hausses tarifaires et du développement des nouveaux métiers".

En revanche, les déchets, dont les volumes chutent généralement lorsque l'activité économique décline, affichent une baisse de 4,6% à 1,58 milliard.

"L'activité a été marquée par un double phénomène : la baisse des volumes traités et la baisse du prix des matières premières secondaires (...) liée au fait que les prix étaient très élevés en 2012", a expliqué le directeur financier du groupe Jean-Marc Boursier lors d'une conférence téléphonique.

La tendance de baisse des volumes collectés est "d'environ 4%", alors que le groupe prévoyait plutôt 2 à 3%, a-t-il expliqué, précisant que la tendance était similaire depuis le début du mois d'avril.

Enfin, le chiffre d'affaires trimestriel aurait été stable sans la fin du chantier de Melbourne, qui entraîne également à la baisse la division International (870 millions de chiffre d'affaires, -5,7%)

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés