Davantage de distributeurs de billets dans les bureaux de poste

Le CEO ad interim de bpost a proposé que le futur contrat de gestion étende les obligations en matière de distributeurs de billets, particulièrement dans les communes rurales.

Le CEO ad interim de bpost veut plus d'ATM dans les communes rurales. Il imagine aussi que les bureaux de poste pourraient aider à lutter contre la fracture numérique.

"J'ai proposé au gouvernement, dans le futur contrat de gestion, d'étendre les obligations en matière d'ATM, particulièrement dans les communes rurales, pour garantir la proximité et l'accès du citoyen au cash", a annoncé mercredi au Parlement Dirk Tirez, devenu CEO ad interim de bpost suite au licenciement de Jean-Paul Van Avermaet.

524
distributeurs de billets
Bpost compte actuellement 524 distributeurs de billets. Son contrat de gestion prévoit qu'il doit en maintenir au moins 350, et assurer la présence d'un distributeur dans chaque commune où aucun autre opérateur n'est présent. Une obligation qui pourrait être étendue.

Dirk Tirez était entendu en commission de la Mobilité et des Entreprises publiques suite à l'inquiétude d'une grande partie des parlementaires concernant le projet de vente des 50% que bpost détient dans bpost banque.

Les distributeurs de billets font partie du contrat de gestion de bpost, et ne devraient donc pas être affectés par la vente de cette participation. Le contrat de gestion actuel, qui doit être renouvelé d'ici la fin de l'année, prévoit que bpost doit maintenir au moins 350 distributeurs et assurer la présence d'un distributeur dans chaque commune où aucun autre opérateur n'est présent. Mais vu qu'au 30 juin 2020, bpost comptait 524 distributeurs de billets, il pourrait en fermer un certain nombre.

Pressé par le président de la commission, Jean-Marc Delizée (PS), de préciser si cela signifiait que ce nombre pourrait être revu à la hausse, Dirk Tirez s'est montré flou. "Le problème fondamental, ce n'est pas le nombre d'ATM, ce sont les endroits où ils sont situés. Il y a des communes rurales où il y a une vraie demande pour des ATM supplémentaires. Nous voulons une réflexion avec le gouvernement fédéral à ce sujet."

La vente de bpost banque pas bouclée

"Bpost ne veut pas renoncer à son actionnariat dans bpost banque coûte que coûte. Si nous n'arrivons pas à un accord commercial solide, bpost ne vendra pas ses actions."
Dirk Tirez
CEO ad interim de bpost

Concernant la vente des 50% détenus par bpost dans bpost banque à BNP Paribas Fortis, le CEO ad interim a rappelé le contexte: une rentabilité faible, et des facteurs qui risquent encore de fragiliser bpost banque, comme les taux bas ou les exigences en capital de plus en plus élevées. "Ces défis touchent particulièrement les banques de petite taille, a souligné Dirk Tirez. En vendant sa participation, bpost ne sera plus obligé d'encourir les risques liés au fait d'être actionnaire d'une petite banque". L'opération n'est toutefois pas encore bouclée. "Le 23 décembre 2020, nous avons signé un accord de principe non contraignant. Bpost ne veut pas renoncer à son actionnariat coûte que coûte. Si nous n'arrivons pas à un accord commercial solide avec BNP Paribas Fortis, bpost ne vendra pas ses actions."

LE CEO affirme que bpost veut continuer à jouer un rôle de proximité sur tout le territoire belge, sans laisser personne de côté. Il indique que 40% des clients de bpost banque sont des clients à faibles revenus, disposant de peu d'avoirs (moins de 5.000 euros), contre 22% sur l'ensemble du marché. "Nous voulons un accord commercial avec BNP Paribas Fortis sur une offre de services dans les bureaux de poste qui garantisse un service de qualité aux clients et assure le plein emploi", a encore souligné le CEO ad interim.

Un rôle nouveau pour les bureaux de poste

"Les bureaux de poste pourraient aussi proposer un accès au numérique fiable pour les citoyens qui en ont besoin."
Dirk Tirez
CEO ad interim de bpost

Il a également expliqué que la poste songeait aussi à mettre son réseau à disposition d'autres banques, pour des services administratifs comme l'identification des clients. Et bpost estime que son réseau de 650 bureaux de poste pourrait aussi jouer un rôle dans la lutte contre la fracture numérique. "Dans le contrat de gestion que nous espérons signer d'ici l'été, nous voulons signer des partenariats innovants avec le gouvernement. Les bureaux de poste pourraient aussi proposer un accès au numérique fiable pour les citoyens qui ont en besoin. En France, les bureaux de poste jouent déjà ce rôle pour le compte de l'État."

Le résumé

  • Bpost a proposé au gouvernement d'étendre ses obligations en matière de distributeurs de billets dans le futur contrat de gestion.
  • La vente de la participation de 50% de bpost dans bpost banque n'est pas encore bouclée. Elle ne se fera que si bpost arrive à un accord commercial solide avec BNP Paribas Fortis, prévient le CEO ad interim.
  • Bpost imagine aussi de mettre son réseau de bureaux de poste à destination d'autres banques, pour des services administratifs. Et il estime que ce réseau pourrait aussi jouer un rôle dans la lutte contre la fracture numérique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés