De l'argent frais pour Deliveroo Belgium

©Photo News

Alors que Deliveroo avait terminé l’année 2016 sur une perte de 4,2 millions d’euros, Roofoods, sa maison mère, vient d’en augmenter le capital à hauteur de 11,2 millions d’euros.

Bon bol d’air et d’argent frais pour Deliveroo Belgium. À la fin du mois d’avril 2018, Roofoods Ltd, la maison-mère de la société spécialisée dans la livraison de repas à domicile par des coursiers a procédé à une augmentation de capital de 11,2 millions d’euros.

Du côté de Deliveroo, on ne s’est pas montré particulièrement loquace pour expliquer cette injection de cash. On évoque une volonté d’expansion, sans donner le détail des villes visées. Mathieu de Lophem, le responsable belge de la société, ne semblait pas disponible pour répondre à nos questions. "Deliveroo sera lancé dans plusieurs villes en 2018, mais on ne peut pas donner plus d’informations à ce stade. Deliveroo est présent à Charleroi depuis quelques semaines. Depuis le début de l’année, le nombre de coursiers et de restaurants partenaires travaillant avec la plateforme a également augmenté", nous a confié un porte-parole de la société.

Boucher les trous

Une autre lecture nous permet de penser qu’il s’agit également de combler les pertes enregistrées par la société lancée en Belgique en 2015. À la fin de l’année 2016, selon les derniers résultats publiés disponibles, elle enregistrait une perte de 4,2 millions d’euros. Son chiffre d’affaires était de 2,5 millions d’euros. En l’absence de réponse sur ce point et en attendant les résultats 2017, tout porte à croire que le trou s’est encore creusé.

11,2 millions €
Roofoods, la maison mère de Deliveroo, a injecté 11,2 millions d’euros dans la société.

Dans le cadre de la publication des résultats 2016, la question de la continuité de l’activité s’était posée, comme on peut le lire dans le rapport de gestion publié en marge des comptes 2016. "Le collège des gérants est convaincu que le principe de continuité demeure applicable à la société, notamment en raison des perspectives futures encourageantes, des mesures proposée afin d’apurer les pertes de la société et du soutien de la maison mère de la société." Voilà plus que probablement la pièce qui vient de se jouer.

Gageons que cet apport d’argent frais suffise à soutenir l’activité de la société qui, en Belgique, depuis des mois, fait face à une enquête de l’auditorat du travail et du pool fraude sociale à propos des pratiques sociales de la filière de Deliveroo.

Premier jugement défavorable à Deliveroo en Espagne

Un tribunal de la ville espagnole de Valence a conclu à l'existence d'une "relation de travail" entre l'application Deliveroo et un livreur renvoyé et a ordonné sa réintégration, dans le premier jugement rendu en Espagne sur l'épineuse question du statut de ces coursiers à vélo. Le juge a conclu "à l'existence d'une relation de travail entre les deux parties" caractérisée par une forme de "dépendance" qui est "seulement concevable dans le travail salarié" et non dans le travail indépendant.      En conséquence, le tribunal a déclaré "l'irrecevabilité du renvoi" en juin 2017 de ce livreur, Jose Enrique, qui travaillait depuis octobre 2016 pour l'application et a ordonné à Deliveroo de le réintégrer ou de lui verser une indemnité d'un montant de 705,13 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content