"Ekopak, une cible potentielle d’acquisition"

Depuis son introduction sur Euronext Bruxelles le 31 mars dernier, l'action Ekopak a grimpé de plus de 25%. ©Antonin Weber / Hans Lucas

Pour les analystes de Berenberg, le positionnement d'Ekopak dans le secteur du traitement des eaux pourrait faire de la société la cible d'un rachat.

Malgré une IPO sur Euronext Bruxelles fin mars qui fut assez discrète - il n’y a pas eu de souscription publique pour les petits porteurs - avec un succès relativement mitigé - le prix de 14 euros était dans le bas de la fourchette -, l’action Ekopak a signé, depuis lors, un très joli parcours bondissant de 25%, jusqu'à 17,45 euros (clôture de vendredi).

Spécialisée dans le traitement des eaux, la société dans laquelle Marc Coucke détient 42,3% a annoncé, entre-temps, l’acquisition d’iSERV, une entreprise active dans le même secteur.

Les deux établissements financiers qui ont organisé l’introduction en bourse d’Ekopak ont publié, ce lundi matin, des notes recommandant - le  contraire eut été étonnant- un achat de la valeur.

"De plus, l'environnement prolifique des start-ups du secteur fait d'Ekopak une cible d'acquisition, selon nous."
Jan Richard et Edward Bottomley
Analystes chez Berenberg

Water-as-a-service

Chez Berenberg, Jan Richard et Edward Bottomley soulignent que le marché du traitement industriel des eaux est très fragmenté et traversé par deux grandes tendances: une régulation plus contraignante en raison de la baisse des réserves d’eau fraîche et une intensification de la pression vers des sources alternatives et la réutilisation de l’eau.

Dans ce contexte, ils estiment que des entreprises avec des approches disruptives, comme Ekopak, trouveront de nombreuses opportunités. "De plus, l'environnement prolifique des start-ups du secteur fait d'Ekopak une cible d'acquisition, selon nous."

Selon les analystes de Berenberg, la société a accumulé suffisamment d’expérience pour ouvrir un nouveau chapitre de sa croissance grâce au business model de "water-as-a-service" (WaaS). Il s’agit d’installations pour des clients industriels rendant le prix de l’eau stable via une approche durable. Ils conseillent donc un achat de la valeur et ont fixé un objectif de cours de 19,7 euros.

Cash-flow sur le long terme

"Avec l'eau circulaire au cœur de son modèle nous pensons qu'Ekopak est bien positionnée pour naviguer sur cette vague bleue, poussée dans le dos par des facteurs environnementaux et réglementaires", résument Bart Cuypers et Olivier Vandewoude, de KBC Securities.

"La génération de flux de trésorerie récurrents à marge élevée sur le long terme du WaaS devrait entraîner une croissance exponentielle sur le moyen terme"
Bart Cuypers et Olivier Vandewoude
Analystes chez KBC Securities

Pour eux, le modèle WaaS semble se démarquer davantage de la concurrence en Europe. Il permet, en outre, de dégager des cash-flows sur le long terme, habituellement une dizaine d’années.

"La génération de flux de trésorerie récurrents à marge élevée sur le long terme du WaaS devrait entraîner une croissance exponentielle sur le moyen terme, avancent-ils. L’objectif sur le même horizon de la société étant d'engendrer des revenus de 50 millions d’euros environ avec une marge ebitda de 50%."

Ils soulignent également que le pipeline des projets d'Ekopak est bien rempli avec 16 millions d'euros pour le WaaS et 24,7 millions pour le non-WaaS.

Leur conseil sur la valeur est à "accumuler", avec un objectif de cours de 18,50 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés