Publicité

Hausse du prix des timbres au 1er janvier 2022

Cette révision des tarifs des timbres-poste compense partiellement l'augmentation des coûts par lettre distribuée causée par la forte diminution du courrier. ©BELGA

Dès l'année prochaine, Bpost augmentera à nouveau le prix du timbre-poste. Le timbre Non Prior coutera ainsi 1,19 euro, au lieu de 1,10 euro. Le timbre-poste Prior passera de 1,60 euro à 1,89 euro.

Le prix des timbres augmentera au 1er janvier 2022. Le timbre-poste Non Prior, acheté à la pièce, passe de 1,10 euro à 1,19 euro. Le timbre-poste Prior voit, quant à lui, son prix unitaire passer de 1,60 euro à 1,89 euro, indique, ce jeudi, bpost.

Cette révision des tarifs des timbres-poste compense partiellement l'augmentation des coûts par lettre distribuée causée par la forte diminution du courrier. Ce dernier a en effet baissé de 31% au cours des cinq dernières années, en raison de l'augmentation de la communication digitale. Cette adaptation des prix, permet de continuer à garantir à chaque citoyen, un service postal universel de qualité sans subvention par l'État belge, explique bpost.

Par ailleurs, le tarif d'affranchissement d'un envoi normalisé expédié en Europe passera à 2,09 euros à l'achat de minimum 5 timbres-poste et à 2,23 euros pour un achat à l'unité. Pour les envois expédiés hors Europe, le tarif international s'élèvera à 2,31 euros à partir de 5 timbres-poste et à 2,45 euros à l'unité.

L'avis de l'IBPT

L'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) a, de son côté, approuvé cette hausse tarifaire de 6,37 % en moyenne demandée par bpost. Ainsi, à partir du 1er janvier 2022, bpost pourra augmenter les tarifs pour le panier des petits utilisateurs, soit les lettres et colis standard nationaux et internationaux pour les particuliers et pour les petits professionnels. Comme les années précédentes, l'augmentation tarifaire concernera notamment les envois de correspondance (prior).

"Ces augmentations vont davantage creuser le différentiel de prix vis-à-vis des pays voisins."
L'Institut belge des services postaux et des télécommunications
IBPT

L'IBPT souligne toutefois que l'augmentation se fera sentir principalement dans le segment des lettres, en déclin. Pour l'institut, ces fortes augmentations de prix permettront à l'opérateur postal belge de continuer à générer des marges très élevées sur le panier des petits utilisateurs, malgré une forte baisse des volumes. L’IBPT observe ainsi que la formule actuelle de "price cap", c’est-à-dire le plafond tarifaire légal, prévue dans la loi postale, ne tient pas suffisamment compte de la diminution des coûts résultant de ces baisses de volume.

L'IBPT note d'ailleurs que la formule légale de "price cap" permettrait à bpost d’appliquer une augmentation moyenne de 16,37 % en 2022 pour l’ensemble du panier des petits utilisateurs, même si, rappelons-le, bpost a demandé une augmentation tarifaire moyenne de 6,37 %.

"Ces augmentations vont davantage creuser le différentiel de prix vis-à-vis des pays voisins", souligne l'institut, citant la France, les Pays-Bas, l'Allemagne et le Luxembourg, comme pays où les tarifs du timbre sont actuellement inférieurs à la Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés