Publicité
Publicité

Jean-Paul Van Avermaet inculpé aux États-Unis

L'ex-patron de bpost, Jean-Paul Van Avermaert, est inculpé d'entente sur les prix au moment où il dirigeait G4SBelgium. ©Kristof Vadino

La justice américaine a inculpé Jean-Paul Van Avermaet pour entente sur les prix dans le secteur du gardiennage. G4SBelgium, son ex-employeur, a déjà plaidé coupable.

Jean-Paul Van Avermaet, l'ex-CEO de bpost, est rattrapé par la justice américaine. Il a été inculpé pour concurrence déloyale suite à une entente sur les prix dans le secteur du gardiennage à l'époque où il était le patron de G4SBelgium.

10
ans
Jean-Paul Van Avermaet risque 10 ans de prison et une amende d'un million de dollars.

Il risque, selon De Standaard, 10 ans de prison et une amende d'un million de dollars. S'il plaide coupable, sa peine pourrait être réduite à 2 ans de prison et 100.000 dollars d'amende.

Il n'est toutefois pas le seul à devoir passer devant "le grand jury". Deux autres personnes, Danny Vandormael et Peter Verpoort, ont aussi été inculpées le 29 juin dernier, ainsi que leur société Seris. La justice américaine les soupçonne d'avoir exigé des prix trop élevés pour des contrats de sécurité en Belgique.

Liste de gros clients

Le nom de Vandormael était déjà apparu dans ce dossier en juin 2020 lorsque l'autorité de concurrence belge avait lancé une enquête pour un possible abus de position dominante dans le secteur du gardiennage. L'homme avait alors démissionné de son poste chez Seris.

G4SBelgique avait déjà accepté de plaider coupable aux États-Unis et s'était résolue à payer une amende de 15 millions de dollars.

Des échanges de mails et de SMS entre les dirigeants de G4S et Seris évoquent une liste de clients importants et une intention d'augmenter artificiellement les prix de certains contrats. Dans la liste, on trouvait des sociétés américaines, ce qui avait déclenché l'enquête américaine.

Néanmoins, si les Américains se focalisent sur une période allant de 2019 à 2020, l'autorité de la concurrence belge, elle, a décidé de remonter jusqu'en 2012.

Il y a une semaine, la société G4SBelgique avait déjà accepté de plaider coupable aux États-Unis et s'était résolue à payer une amende de 15 millions de dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés