L'intérim et le recrutement se redressent en 2021

L'intérim a perdu 15% de ses volumes l'an dernier, la sélection et le recrutement, 25%. ©BELGAIMAGE

Les différents segments du monde des ressources humaines ont subi la crise de plein fouet l'an dernier, mais les mêmes voient aujourd'hui une belle reprise.

Les entreprises de travail intérimaire, de recrutement et de sélection sont passées par toutes les couleurs l'an dernier après le déclenchement de la crise pandémique. Elles ont dû à la fois mettre une partie de leurs travailleurs au chômage temporaire et fournir des renforts caisse à une série de secteurs essentiels soudain débordés, comme la grande distribution ou les soins de santé. Sur l'année entière, le secteur de l'intérim a vu son volume d'activité reculer de 15%, a calculé Federgon, la fédération des prestataires de services de ressources humaines (RH) en Belgique.

L'intérim management a limité la casse à -7,6%. Certains secteurs ont été très demandeurs pour ce service, comme les maisons de repos ou les centres de vaccination. De nombreuses organisations se sont mises en quête d'un autre style de management, relève aussi Federgon dans son rapport annuel publié ce jeudi.

-32%
volume d'activité
En 2020, les services de sélection et recrutement ont vu leur activité se contracter de 32% en Belgique.

Le segment des formations a très logiquement souffert davantage: lors des confinements, les formations ont en effet dû être reportées sine die. Sur les douze mois, l'activité des formateurs s'est contractée de 32%.

Les services de recrutement et de sélection ont subi un recul du même ordre: -25%. Cela s'explique par l'effet dévastateur du premier "lockdown", puis l'attitude prudente des entreprises qui ont eu tendance à reporter les engagements en fixe.

"Ces dernières semaines, nous observons que le marché du travail redémarre à un rythme extrêmement soutenu."
Paul Verschueren
Directeur de Recherche et Affaires économiques, Federgon

Mais l'année 2021 se présente mieux pour l'ensemble des secteurs de services RH, embraie Federgon." Ces dernières semaines, nous observons que le marché du travail redémarre à un rythme extrêmement soutenu", souligne Paul Verschueren, son directeur Recherche & Affaires économiques. Les entreprises engagent à nouveau.

Trois pistes pour la relance

Federgon et ses entreprises membres se disent prêts à apporter leur contribution à la relance et à la modernisation du marché du travail. Pour atteindre l'objectif de nos gouvernants qui vise un taux d'emploi à 80% d'ici 2030, la fédération pointe trois chantiers à mener à bien: "les transitions, l'activation et la formation tout au long de la vie", souligne sa CEO Ann Cattelain.

Le premier point consiste à miser sur les trajets de transition pour fluidifier le passage à un autre emploi. L'activation des personnes en incapacité de longue durée et des personnes plus âgées forme le deuxième chantier: trajets de transition pour les uns, remise au travail par l'intérim pour les autres peuvent contribuer à redynamiser le marché du travail.

"Former devient la nouvelle manière de recruter."
Ann Cattelain
CEO de Federgon

"Former devient la nouvelle manière de recruter", ajoute Ann Cattelain pour illustrer le 3e point. "Il faut en finir avec cette notion de 'terminer ses études'. Apprendre est un processus qui ne s'arrête jamais." Condition pour maintenir l'employabilité de chacun.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés