Publicité

La distribution de paquets explose chez bpost

©BELGA

Grâce à une forte hausse des volumes de paquets liée à l'évolution de l'e-commerce, bpost confirme ses prévisions et promet à ses actionnaires un dividende équivalent à celui de l'année passée.

Les chiffres sont au beau fixe en ce qui concerne la livraison de colis chez bpost . Le volume de paquets distribués a ainsi augmenté de 32,8% au troisième trimestre "sous l'effet de la forte croissance de l'e-commerce et du C2C (livraisons entre particuliers, ndlr)", a expliqué l'entreprise dans son communiqué. C'est beaucoup mieux que les 18% attendus par KBC.

"Notre nouveau centre de tri à Bruxelles, qui nous permet de doubler notre capacité de tri des paquets, est désormais pleinement opérationnel pour absorber le pic de fin d'année", a confié le CEO Koen Van Gerven.

"Au troisième trimestre, nous avons réalisé une croissance très forte du volume des paquets au niveau national, grâce à un e-commerce en plein essor."
Koen Van Gerven
CEO de bpost

Cette croissance, combinée à l'intégration d'Ubiway qui a fortement contribué à la croissance des sources de revenus additionnelles, a permis aux revenus de l'entreprise d'augmenter de 20,4% à 647,6 millions d'euros. C'est 109,5 millions d'euros de plus que l'année passée, mais c'est toutefois inférieur aux prévisions. KBC s'attendait à 662 millions d'euros. La baisse du volume de courrier sur le marché domestique semble avoir pesé sur les chiffres. Il a en effet reculé de 5,3% ou 14,5 millions d'euros par rapport à l'année passée. C'est conforme aux attentes de bpost, mais supérieur à celles de KBC qui tablait sur un recul de 4,8%. 

L'EBITDA pour le trimestre s'élève à 110,3 millions d'euros (+0,2%) et est conforme sur toute la ligne (les attentes de bpost, de KBC et les résultats de l'année passée). Le résultat net s'est maintenu à 60 millions d'euros, tel qu'annoncé par KBC.

bpost se dit "en bonne voie pour atteindre notre objectif pour l'année complète" à savoir une croissance à deux chiffres pour la livraison de colis et un recul de 5 à 6% de la distribution de courrier, partiellement compensé par une hausse des tarifs (+1,5% en moyenne pour le courrier). Enfin, l'entreprise postale s'attend à un EBITDA et un dividende équivalents à ceux de 2016.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés