Le CEO de bpost a été remercié

Arrivé à la tête de bpost en janvier 2020, Jean-Paul Van Avermaet a été remercié dimanche soir. ©BELGA

Sur la sellette depuis les mauvais résultats publiés à l'automne et suite à l'affaire G4S, le CEO de bpost Jean-Paul Van Avermaet a été congédié avec effet immédiat.

Le couperet est tombé pour le CEO de bpost Jean-Paul Van Avermaet. Le conseil d'administration, qui s'est réuni ce dimanche, a décidé de mettre un terme, avec effet immédiat, à son mandat de patron.

La quête d'un nouveau CEO est lancée. Dans l'intervalle, le président du conseil assurera la gestion journalière, lit-on dans un communiqué. Le conseil d’administration demande au comité exécutif de "continuer de mettre en œuvre la stratégie de bpost, et de se concentrer sur l’atteinte des résultats pour les business units Mail & Retail, Parcels & Logistics Europe-Asie et Amérique du Nord."

À l'automne dernier, le sort de Jean-Paul Van Avermaet avait déjà été discuté lors d'un conseil d'administration de deux jours.

La ministre en charge des participations publiques Petra De Sutter a appelé, ce lundi matin sur les ondes de Radio 1, l'entreprise à rapidement se trouver un CEO alors que le gouvernement négocie actuellement le contrat de gestion de bpost.

"Cela nécessite un conseil d'administration et un CEO forts. Mais il y a aussi le besoin de faire face à un marché en pleine mutation avec une augmentation rapide des colis et une évolution inverse du courrier", a-t-elle ajouté. Elle précise toutefois que les résultats financiers de bpost n'ont pas motivé la décision du conseil. "C'est une escalade de différentes affaires."

Sur la sellette depuis l'automne

La semaine dernière, alors que la société présentait des résultats en net recul, ce qui avait pesé sur son cours de bourse, certains administrateurs ont réclamé le départ du CEO. Mais François Cornelis, le président du conseil de bpost, a encore affirmé à ce moment-là que le CEO gardait toute la confiance du conseil.

Il avait à peine pris ses fonctions qu'on apprenait le lancement d'une enquête de l'Autorité belge de la concurrence (ABC) sur une éventuelle entente sur les prix dans le secteur de la sécurité et du gardiennage.

Ce n'était pas la première fois que Jean-Paul Van Avermaet était sur la sellette. À l'automne dernier, son sort avait déjà été discuté lors d'un conseil d'administration de deux jours. Les administrateurs avaient alors décidé de poursuivre l'aventure avec lui.

L'affaire G4S

Les problèmes de Jean-Paul Van Avermaet datent de son mandat à la tête de la société de sécurité G4S qu'il avait quittée en janvier 2020 pour succéder à Koen Van Gerven à la tête de bpost. Il avait à peine pris ses fonctions qu'on apprenait le lancement d'une enquête de l'Autorité belge de la concurrence (ABC) sur une éventuelle entente sur les prix dans le secteur de la sécurité et du gardiennage.

L'affaire a des ramifications jusqu'aux États-Unis où le Département de la Justice (DoJ) a également ouvert une enquête. Depuis, Jean-Paul Van Avermaet se voit dans l'impossibilité de se rendre aux États-Unis. Une situation qui pouvait potentiellement poser problème à bpost alors qu'elle y possède la société Radial.

Ajoutons encore, le départ de nombreux managers, dont le patron de bpost aux États-Unis, signes de troubles internes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés