Le CEO de bpost sera auditionné fin juin

Koen Van Gerven, le CEO de bpost. ©BELGA

Les transformations en cours chez bpost ont ému des parlementaires dans les rangs de l’opposition. Ils ont obtenu d’entendre, dans un mois, le CEO en commission Infrastructures.

Il ne se passe quasiment plus un jour sans qu’on parle de bpost . Ce mercredi, l’entreprise semi-publique cotée a de nouveau retenu l’attention des parlementaires, une semaine après qu’ils eurent échangé des vues un peu vives sur le sujet, en séance plénière, avec Alexander De Croo, le vice-Premier ministre et ministre de tutelle. Ce mercredi, c’est en commission Infrastructures qu’un aréopage de députés fédéraux ont approuvé la proposition de l’Ecolo Gilles Vanden Burre d’auditionner Koen Van Gerven. Le rendez-vous avec le CEO de bpost a été fixé au 26 juin.

"Après la justice de classes, bientôt la poste de classes?"
Marco Van Hees
député fédéral PTB

Une majorité des confrères du parlementaire vert ont en revanche rejeté sa requête complémentaire, qui visait à entendre également, en même temps, les représentants des syndicats du personnel de l’opérateur postal, afin de nouer une sorte de vaste dialogue. Le patron de bpost devra donc monter seul au front à la veille des grandes vacances. Un peu tard, vraisemblablement, puisque plusieurs députés avaient estimé qu’il fallait l’entendre d’urgence…

Dialogue social

Les soucis des députés de l’opposition concernent les projets de la direction de bpost d’augmenter le prix du timbre, de proposer de le tarifer différemment selon que le consommateur souhaite que sa lettre soit livrée le lendemain ou plus tard, d’éventuellement réduire la distribution du courrier et de supprimer un certain nombre de boîtes rouges à travers le pays. Ils ont aussi déploré la rupture du dialogue social dans l’entreprise, allusion aux négociations avortées sur l’externalisation de services de catering et de nettoyage et sur la réduction de l’emploi au call center.

Coïncidence, les députés ont interpellé le ministre de tutelle à ces propos le jour même de l’assemblée générale de bpost. Alors que le CEO Koen Van Gerven répondait à un tir nourri de questions de la part des petits actionnaires, Alexander De Croo a fait de même face à Gilles Vanden Burre, Karine Lalieux (PS) et Marco Van Hees (PTB). En résumé, le ministre a décoché une flèche vers Koen Van Gerven en souhaitant qu’il renoue avec la tradition du dialogue social et qu’il ait "une vraie concertation" avec les travailleurs, "avec une compréhension réciproque par rapport aux besoins de l’entreprise et aux besoins des clients".

Il a cependant corrigé l’interprétation des députés sur la distribution du courrier: "Nulle part, (le CEO) n’a dit que la distribution quotidienne n’aurait plus lieu", a-t-il rappelé. Quant au prix différencié du timbre en fonction de la rapidité de livraison du courrier, De Croo n’a rien contre. "Il est tout à fait normal qu’il y ait une réflexion à ce sujet", a-t-il pointé. En réponse, notamment, à Marco Van Hees qui s’était insurgé qu’"après la justice des classes, (il y ait) bientôt la poste des classes"

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content