Publicité

Le certificateur belge Vinçotte intéresse son homologue néerlandais Kiwa

Depuis la fin de l'année dernière, la direction opérationnelle de Vinçotte est aux mains du serial-entrepreneur et professeur à l'ULB Bernard De Cannière.

Le spécialiste belge de l'inspection et de la certification est en pourparlers avec plusieurs candidats pour sa reprise, parmi lesquels son homologue sectoriel néerlandais Kiwa.

Vinçotte est un nom bien connu en Belgique. Et pour cause, si vous prenez l'ascenseur sur votre lieu de travail, il y a fort à parier qu'il a été inspecté par l'entreprise de Vilvorde. Il en va de même d'ailleurs pour les centrales nucléaires du pays, mais également pour les installations électriques et de chauffage, la sécurité au travail ou encore la qualité alimentaire par exemple – l'on pense ici à l'affaire Veviba où elle fut chargée de l'audit du géant de la viande.

Fondée en 1872 par le jeune ingénieur Robert Vinçotte, la firme est aujourd'hui l'un des plus grands acteurs du Benelux dans le secteur dit des "TIC", pour "Testing, Inspection et Certification". En Belgique et au Luxembourg, elle est même leader. Au total, elle compte 60.000 clients pour plus d'un million de prestations par an.

Alors, forcément, cette position a déjà attiré de nombreux candidats acquéreurs par le passé, mais sans qu'aucun accord ne soit jamais trouvé pour autant.

Parmi eux, l'on retrouve notamment Kiwa, homologue sectoriel hollandais de Vinçotte qui a déjà approché à plusieurs reprises l'entreprise belge, sans succès. Mais la situation pourrait changer désormais. En effet, il nous revient à plusieurs sources que l'intéressé d'antan serait à nouveau en pourparlers en vue d'un rachat de la société.

"Je ne peux pas nier que des pourparlers sont en cours. Mais que cela conduise à un deal est une autre affaire."
Un interlocuteur

Sans garantie de succès toutefois puisque d'autres acteurs sont également de la partie, en ce compris l'expert français de la certification et du contrôle Apave, aux mains du géant de l'investissement PAI Partners depuis cet été après avoir remporté la bataille un temps menée par le family office du Belge Arnoud de Pret dont la famille compte parmi les actionnaires de référence d'AB InBev.

"Je ne peux pas nier que des pourparlers sont en cours. Mais que cela conduise à un deal est une autre affaire", nous renseigne un interlocuteur.

"Il y a beaucoup de chevauchement entre les deux groupes et Kiwa est beaucoup plus rentable que Vinçotte"
Un expert du secteur

Selon nos informations, Kiwa serait cette fois prête à payer le prix fort pour s'offrir Vinçotte. Et cherchera à récupérer sa mise grâce à des synergies. Certains craignent déjà pour l'emploi aux Pays-Bas. "Il y a beaucoup de chevauchement entre les deux groupes et Kiwa est beaucoup plus rentable que Vinçotte", explique un expert du secteur. Ce qui pourrait déboucher sur des tensions sociales dans une entreprise très syndiquée.

Riche famille à la manœuvre

Employant plus de 5.000 personnes dans plus de 35 pays à travers le monde, Kiwa est aux mains de SHV, véhicule d'investissement des Fentener van Vlissingen. Parmi les plus riches familles entrepreneuriales outre-Moerdijk, elle détient 89,5% des actions.

En 2020, Kiwa a réalisé un chiffre d'affaires de 563 millions d'euros (+8% en un an) pour un excédent brut d'exploitation (ebitda) de 96 millions. Avec Vinçotte, Kiwa – ou toute autre partie – gagnerait environ 190 millions d'euros de chiffre d'affaires (2020) et aux environs de 2.000 salariés (principalement en Belgique).

Les marges opérationnelles de Vinçotte – exempte de dette et forte de 50 millions d'euros de cash – sont en revanche plus limitées que celles de la concurrence. "Le groupe a des coûts fixes lourds. Ce qui lui a joué des tours pendant la crise du covid", détaille un connaisseur.

Vinçotte est gérée par une fondation privée présidée par Luc Lallemand (ex-Infrabel, désormais président de SNCF Réseau). Depuis la fin de l'année dernière, la direction opérationnelle est aux mains du serial-entrepreneur et professeur à l'ULB Bernard De Cannière. Objectif? Numériser davantage. Un plan stratégique sur quatre ans été lancé en ce sens cette année.

Contactées, les parties impliquées se sont refusées à tout commentaire.

Le résumé

  • Le spécialiste belge de l'inspection et de la certification est en pourparlers avec plusieurs candidats pour sa reprise.
  • Un des candidats serait le néerlandais Kiwa, qui a déjà frappé à la porte de la société de Vilvorde par le passé.
  • Vinçotte est l'un des plus grands acteurs de son secteur au Benelux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés