Le géant des maisons de repos Armonea cherche un repreneur

©Tim Dirven

La vente du n°2 du marché privé des maisons de repos pourrait rapporter 500 millions d’euros à ses actionnaires. Le dossier devrait attirer les groupes n’ayant pas encore d’activités sur le marché belge ou des fonds d’investissement.

D’après nos sources, Armonea, le deuxième plus important gestionnaire de maisons de repos en Belgique, cherche un repreneur. Le premier tour de table aurait déjà eu lieu. Avec près de 7.000 employés, Armonea est un des plus importants employeurs du secteur privé. Le groupe est également actif en Espagne et en Allemagne. Il représente un chiffre d’affaires total de près de 500 millions d’euros par an.

Armonea exploite 85 maisons de repos, apparte-ments avec services et résidences en Belgique, qui accueillent près de 9.000 résidents.

Les actionnaires de cet exploitant malinois ne sont pas des inconnus. Il s’agit de Verlinvest, un véhicule d’investissement des très riches familles actionnaires d’AB InBev, à savoir de Spoelberch et de Mévius, et de Palmyra Brands, la société d’investissement de la famille Van den Brande. En 2008, les deux actionnaires ont fusionné leurs participations dans les maisons de repos – respectivement Restel et Group Van den Brande. Ils détiennent chacun la moitié des actions.

Cette structure d’actionnariat sera bientôt mise à mal, car les actionnaires sont à la recherche d’un acheteur. La transaction pourrait représenter 500 millions d’euros, indique une source. Le dossier devrait attirer les groupes n’ayant pas encore d’activités sur le marché belge ou des fonds d’investissement. Les deux autres grands acteurs privés du marché belge – en l’occurrence les Français Korian et Orpea – pourraient être rappelés à l’ordre par les autorités de la concurrence.

Un tiers du marché est privé

©Tim Dirven

Le paysage belge des maisons de repos peut être réparti en deux grands groupes: secteur public et secteur privé. Le secteur privé des maisons de repos, qui représente un tiers du marché, est dominé par Korian (via Senior Living Group), la société belge Armonea et la française Orpea. Les trois grands contrôlent 25.000 des 45.000 lits des maisons de repos privées. Ils sont suivis par Vulpia et Anima Care.

Lors de la création d’Armonea en 2008, le groupe était exclusivement actif en Belgique. Ces dernières années, il s’est développé grâce au rachat de la société espagnole La Saleta ainsi que de l’allemande DPUW, pour s’adjuger la sixième place en Europe. Finaliste malheureux de l’Entreprise de l’Année en 2017, le groupe a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 492 millions d’euros et un excédent brut d’exploitation (ebitda) de 40 millions d’euros, dont respectivement 365 millions et 26 millions en Belgique. Il exploite 85 maisons de repos, appartements avec services et résidences en Belgique, qui accueillent près de 9.000 résidents seniors.

À l’étranger également, de nombreux exploitants de maisons de repos ont changé de mains et il n’est pas rare que les acheteurs soient de riches fonds d’investissements. Ce phénomène est surtout perceptible en Allemagne. L’an dernier, la société allemande Alloheim a été raflée – sous le nez d’Armonea – par Nordic Capital pour la somme de 1,1 milliard d’euros – soit 12,5 fois l’ebitda. Et plus tôt cette année, les géants financiers KKR et PAI ont en vain approché Korian avec une proposition de rachat.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect