Le recruteur Unique ajoute 15 bureaux à son réseau belge

Filiale du groupe japonais RGF, le groupe d'intérim Unique sert la clientèle des PME et croit aux vertus du présentiel pour soutenir sa croissance.

Le groupe d'intérim, de recrutement et de sélection Unique va engager 80 collaborateurs pour ses nouveaux bureaux. Il en revient au bon vieux "face à face".

La crise pandémique aurait-elle modifié l'approche du marché par les spécialistes de l'intérim, du recrutement et de la sélection? Alors qu'on pensait que ces derniers allaient continuer d'exploiter la veine des entretiens à distance et des procédures par voie numérique, le groupe Unique semble avoir choisi... de revenir aux bons vieux entretiens en face à face!

"Durant la crise, nous avons observé qu'on perdait beaucoup d'informations lors des entretiens à distance."
An Aelbrecht
directrice générale, Unique Group

La filiale belge, spécialisée dans les PME, du géant mondial RGF Staffing (le groupe japonais a repris USG People en 2016) a décidé d'étendre son réseau de bureaux "physiques": elle va ouvrir 15 nouvelles agences dans les trois Régions au troisième trimestre. Une extension qui s'accompagnera de l'engagement de 80 nouveaux collaborateurs. De quoi porter l'effectif total d'Unique Group à 680 personnes, réparties sur 60 bureaux (en comptant les 15 nouvelles agences), dans notre pays.

Trois objectifs

L'investissement vise trois objectifs: renforcer la position d'Unique dans le segment des PME sur le marché belge; mieux répondre aux défis du marché de l'emploi post-covid, où l'on enregistre un nombre croissant de postes non pourvus; et combler les attentes en matière de contact des clients entreprises et des candidats à l'emploi.

+80
emplois
Unique recrute 80 collaborateurs pour étoffer ses bureaux actuels et "staffer" ses 15 nouveaux bureaux.

"Il est essentiel, selon nous, de se trouver à proximité des personnes à la recherche d'un emploi et des entreprises", souligne An Aelbrecht, la directrice générale d'Unique. "Lors de la crise, nous avons ou observer à quel point le contact personnel est important dans un contexte de ressources humaines."

Cela signifie-t-il qu'il faille abandonner les entretiens à distance au profit du seul présentiel? "Durant la pandémie, nous avons observé qu'on perdait beaucoup d'informations lors des entretiens à distance, aussi bien avec les clients entreprises qu'avec les candidats", répond la dirigeante. Il est, par exemple, difficile de sonder en profondeur les motivations et les ambitions des candidats par écrans interposés, de même que cela rend malaisée l'évaluation de leurs compétences douces ("soft skills").

"Le digital nous a certes beaucoup aidés durant les confinements, et nous allons conserver ces nouveaux processus, mais on voit aussi que des clients et des candidats préfèrent le face à face, voire la visite d'entreprise. Nous allons donc leur laisser le choix désormais entre les deux formules, à distance ou en présentiel."

Métiers spécifiques

Un autre souci d'Unique est de mieux répondre aux besoins des entreprises pour des métiers ou fonctions spécifiques. "Il y a peu de mobilité actuellement sur le marché du travail", regrette An Aelbrecht qui estime que le chômage temporaire popularisé sous le covid y est pour beaucoup en dissuadant les gens de chercher un autre job. L'ouverture de bureaux locaux peut contribuer à régler le problème avec l'appui des trois centres de formation que détient aussi le groupe en Belgique.

"Nous recevons beaucoup de demandes actuellement de la part des entreprises, mais le gros défi consiste à trouver les candidats."
An Aelbrecht
directrice générale, Unique Group

Pour la même raison, un des 15 nouveaux bureaux sera installé dans le Port d'Anvers, où il se concentrera sur les métiers de logistique maritime (avec une offre de formation, si besoin), et un autre sera spécialisé dans les soins de santé (infirmiers(ères), personnel de soins, etc.).

"Nous recevons beaucoup de demandes actuellement de la part des entreprises, résume An Aelbrecht, mais le gros défi consiste à trouver les candidats. Ils se font rares à tous les niveaux, aussi bien pour des fonctions d'employés administratifs bi- ou trilingues que pour des techniciens, des opérateurs de nuit..." Densifier le réseau est également une manière d'exorciser la pénurie.

Le résumé

  • Au troisième trimestre, le groupe d'intérim, de recrutement et de sélection Unique va ouvrir 15 nouveaux bureaux dans les trois Régions du pays.
  • Il va aussi gonfler son propre effectif de 80 personnes, pour le porter à 680.
  • La crise du covid lui a appris que les entretiens à distance ne sont pas forcément la panacée pour les candidats ni pour les clients employeurs.
  • Un réseau de proximité, allié à des offres de formation, doit aussi contribuer à lutter contre la pénurie de candidats.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés