Publicité

Proximus face à un procès qui pourrait lui coûter 4 millions

Oktogone, un ancien agent commercial de Proximus, vient d'intenter un procès à l'encontre de l'opérateur de téléphonie et lui réclame pas loin de 4 millions d'euros. ©Photo News

Un ancien agent commercial de Proximus lui réclame 4 millions d'euros, entre autres à propos d'un système de commission. L'opérateur conteste les faits.

Oktogone, un ancien agent commercial de Proximus en charge de commercialiser des services et des produits de téléphonie, vient d'intenter un procès à l'encontre de l'opérateur de téléphonie et lui réclame pas loin de 4 millions d'euros. L'enjeu? Le nombre et la qualité de prospects de clients potentiels apportés par Proximus à Oktogone et la pratique dite du "recouping", soit des commissions versées en avance, mais récupérées par Proximus en cas de désactivation des clients prospectés par Oktogone après un certain délai.

4
millions d'euros
Le montant réclamé par un ancien agent commercial de Proximus à ce dernier.

Oktogone, défendu par Denis Philippe et Jean-François Libert (Philippe & Partners) estime que Proximus a manqué à ses obligations dans le cadre de l'exécution de son contrat d'agence en ne fournissant pas assez de prospects (des leads) à démarcher et en abusant du nombre et des montants des primes récupérées. Les débats, qui se sont tenus jeudi matin devant le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles, ont porté sur cette double argumentation d'Oktogone qui a estimé "avoir subi une grave détérioration au niveau de la qualité et de la quantité des prospects fournis par Proximus".

Système illégal et inéquitable?

Dans le même temps, Oktogone estime avoir été victime d'une brusque augmentation de ces primes versées à l'avance et récupérées par Proximus en cas de désactivation des clients prospectés par Oktogone. Selon l'agent commercial, au fil des ans, les montants des primes récupérées sont passés d'environ 10% à près de 27% du chiffre d'affaires réalisé. Pour Oktogone, ce système dit de recouping est illégal et inéquitable.

"Seule Proximus avait les moyens de tout mettre en oeuvre pour garder sa clientèle."
Oktogone

On s'en doute, Proximus, défendu par Erik Valgaeren et Sarah De Wulf (Stibbe), ne partage pas cette présentation des faits. L'opérateur, précisant au passage qu'Oktogone n'avait jamais dénoncé ce système de recouping lors de la collaboration entre les parties, a expliqué n'avoir aucune obligation de résultat quant au nombre et à la qualité de prospects fournis à Oktogone. "L'ensemble des documents contractuels n'impose aucune obligation de résultat à Proximus", a fait savoir l'opérateur qui a demandé au tribunal de l'entreprise de déclarer la demande d'Oktogone irrecevable et non fondée.

En attendant, Oktogone réclame un montant provisoire de 1,7 million d'euros au titre des commissions récupérées par Proximus et des dommages et intérêts de 2,2 millions d'euros pour non-respect des obligations contractuelles et pour insuffisance et mauvaise qualité des prospects de clientèle. "Seule Proximus avait les moyens de tout mettre en oeuvre pour garder sa clientèle", a estimé Oktogone.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés