Quel dividende pour bpost? Ce qu'en disent les analystes

©Bloomberg

Egaler pour 2019, le montant de 1,31 euro de dividende par action distribué au titre de 2018 semble, aujourd'hui, hors d'atteinte pour bpost sauf à puiser dans les réserves. Voici les estimations avancées par les analystes financiers.

Dans les premières minutes de transaction ce mercredi matin, l’action bpost a perdu 3,5% avant de rebondir ensuite et gagner jusqu’à 8% en matinée . Cette hésitation initiale reflète bien le sentiment mitigé que l’on pouvait avoir à la lecture des résultats de l’opérateur postal publiés mardi soir.

Certes, il a réussi a dégager un Ebitda annuel dans la fourchette de ses prévisions à 571,1 millions d’euros alors que le consensus des analystes tablait sur un chiffre inférieur à celle-ci. Oui, ses revenus, son Ebitda et son Ebit pour le quatrième trimestre se sont révélés supérieurs aux attentes. Oui encore, Radial, son acquisition américaine qui s’est révélée problématique semble sur la bonne voie. Ouf, enfin -mais c’était déjà considéré comme acquis- le dividende pour 2018 sera bien identique à celui de 2017, soit 1,31 euro.

"Depuis que le marché est inquiet sur les perspectives, nous pensons que cet ensemble de résultats apporte un peu de réconfort" a résumé Marc Zwartsenburg d’ING ("conserver";24,2 euros).

Puiser dans les réserves?

En 2019, bpost devra composer avec une pression accrue des coûts liée, entre autres, à l’amélioration des conditions de travail et à l’inflation. Du coup, il vise un Ebit normalisé supérieur à 300 millions d’euros contre un chiffre de 424 millions en 2018 (-29%).

Dans ce contexte, le maintien d’un dividende de 1,31 s’annonce difficile, voire impossible. La seule promesse du CEO Koen Van Gerven : la distribution d’un coupon équivalent à minimum 85% du résultat net 2019.

Ne pourrait-il pas puiser dans les réserves du groupe qui s’élevaient à 271 millions fin 2018 pour réaliser la soudure ? "Recourir aux réserves pour alimenter le dividende, nous n’avons jamais fait une telle chose, et je ne pense pas que cela soit une de mes grandes priorités" a-t-il précisé sur les antennes de Radio 1 ce matin.

Les calculettes chauffent

En attendant de savoir ce que son actionnaire majoritaire, l’Etat belge, en pense, les analystes ont dégainé leurs calculettes pour tenter d’évaluer le montant qui pourrait être distribué au titre de 2019 (hors réserves).

Ruben Devos de KBC Securities ("conserver"; 9,5 euros) estime que la prévision de bpost est "conservatrice". L’Ebit pourrait se situer bien au-dessus des 300 millions en 2019 et être en ligne avec les attentes du consensus (321 millions), juge-t-il. "Théoriquement, un Ebit de 300 millions d’’euros impliquerait une baisse de 7 centimes dans notre estimation de dividende passant de 0,90 euro à 0,83 euro".

Après avoir réduit sa prévision d’Ebit à 308 millions en janvier dernier, David Kerstens de Jefferies ("conserver"; 8 euros) table sur une nouvelle contraction de celui-ci. Il évoque un dividende supérieur à 0,75 euro contre un consensus de 0,93 euro, soit un rendement supérieur à 9%.

Précisons que ce consensus de 0,93 euro représente une baisse de 29% (comme celle de l'Ebit) par rapport au dividende de 1,31 euro versé au titre de 2018.

Chez Kepler Cheuvreux (" conserver " ; 14,5 euros), on pense qu’un coupon de 1 euro est toujours possible ce qui offrirait un rendement de 12%. A l’autre extrême, Degroof Petercam ("conserver" ; 10 euros) avance un chiffre de 0,70 euro qui pourrait être relevé quelque peu.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect