Quels services bpost va-t-il assurer à l'avenir?

©BELGA

Le nombre de boîtes aux lettres va chuter. Le prix du timbre va augmenter, pour une lettre qui doit arriver rapidement à son destinataire. Voilà ce qu'annonce le CEO de bpost. Mais le vice-premier ministre Alexander De Croo rappelle que le service fourni à la population par bpost doit rester garanti.

Le courrier devient le parent très très pauvre de bpost. Voici ce que le CEO de l'entreprise cotée nous disait ce week-end: "Nos coûts fixes sont importants. Nous avons encore 14.000 boîtes aux lettres rouges dans tout le pays. Depuis dix ans, le nombre de lettres y a diminué de moitié. Il n’y a pas plus de trois à quatre lettres par jour dans un bon millier de celles-ci. Il semble donc logique de repenser à terme notre réseau de boîtes aux lettres rouges en fonction des besoins des clients. Je ne vois pas comment bpost peut créer de la valeur en gardant des boîtes aux lettres dans lequel il n’y a plus de lettres. Cela va être un débat difficile parce que cela va changer quelque chose dans les habitudes des gens."

Et sur le prix du timbre, Koen Van Gerven nous expliquait ceci: "Dans deux ans, le nombre de lettres envoyées aura tellement baissé que des interventions majeures seront nécessaires. C’est plus rapide que prévu. Pour les clients, il reste important qu’ils puissent envoyer une lettre le jour suivant. Mais cela est devenu moins important qu’il y a dix ans. Si c’est vraiment urgent, les gens envoient un e-mail. Il serait donc bon que l’offre soit un peu plus lente, par exemple que la lettre n’arrive que deux ou trois jours plus tard. Celui qui veut que sa lettre soit sur place le lendemain paiera un prix différent."

Bref, moins de possibilités de poster sa lettre et un coût plus important. Le vice-premier ministre Alexander De Croo, qui est responsable notamment des services postaux, a réagi.

Le vice-premier va s'entretenir avec le CEO au sujet de la situation. Il estime que le service fourni à la population est bon, mais qu'il doit être garanti.

Et concernant le climat social, le CEO de bpost Koen Van Gerven doit être dans le dialogue avec son personnel, a indiqué le vice-premier ministre. La pression au sein de l'entreprise doit également être maîtrisée. Le climat social est tendu chez bpost. Le personnel déplore notamment une pression de travail en hausse.

Le ministre De Croo, en charge de la Poste, souligne dès lors l'importance du dialogue. "C'est le personnel qui fait tourner l'entreprise. Une bonne communication est donc essentielle."

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n