Qui va nettoyer les gares de la SNCB pour les 4 ans à venir?

Les gares de Flandre et de Wallonie (photo: visite du Roi à Ottignies) ne seront sans doute pas nettoyées par Jette Clean d'ici 2025. ©Sierakowski©Isopix

C'est un gros marché public que se dispute Jette Clean et ISS: il se chiffre en dizaines de millions. Le Conseil d'État vient de suspendre le choix de la SNCB.

Comment les gares belges seront-elles nettoyées ces quatre prochaines années ? Ou plutôt, par qui ? Il est permis de se poser la question, car les résultats du marché public qu'avait ouvert fin 2019 la SNCB pour renouveler ses sous-traitants ont été contestés devant le Conseil d'État. Lequel a décidé, le mois dernier, de suspendre le choix de la compagnie de nettoyage pour deux des trois lots.

Jette Clean avait emporté les lots 1 et 3, qui concernent les gares de la Région Nord (Flandre) et de la Région Sud (Wallonie).

L'opérateur du rail a en effet divisé le marché en trois, en classant ses gares et bâtiments de services par Région. Quatre candidats avaient répondu à l'appel d'offres. La société Jette Clean avait emporté les lots 1 et 3, qui concernent les gares de la Région Nord (Flandre) et de la Région Sud (Wallonie), tandis que Kose Cleaning avait gagné le marché de la Région Centre (Bruxelles). De gros montants sont en jeu: la SNCB avait évalué la valeur totale du marché à 76 millions d'euros pour une durée de quatre ans (renouvelable): 31 millions pour le Nord, 21 millions pour le Centre et 25 millions pour le Sud, les candidats étant bien sûr libres de formuler les prix qui leur convenaient.

Chiffre d'affaires défaillant

Le groupe ISS Facility Services a contesté devant le Conseil d'État la victoire de Jette Clean pour les lots 1 et 3. ISS avait été classé troisième pour le lot 1 et deuxième pour le lot 3. Le groupe a argué que Jette Clean ne satisfaisait pas à l'un des critères de sélection qualitative: elle n'avait pas atteint le niveau de chiffre d'affaires requis dans le cahier des charges pour un des trois derniers exercices (2017). Jette Clean et la SNCB avaient convenu, après l'ouverture du marché, qu'ils pourraient actualiser ce critère et prendre en compte les chiffres d'affaires de 2018 à 2020, ce qui permettait à la société de nettoyage de rentrer dans les clous.

76
millions d'euros
La SNCB avait elle-même estimé la valeur totale du marché de nettoyage des gares à 76 millions d'euros sur 4 ans.

ISS a estimé irrégulière cette mise à jour tardive des critères et le Conseil d'État l'a suivi sur ce point. Il a donc décidé de suspendre l'exécution de la décision de la SNCB concernant les lots 1 et 3. C'est râlant pour Jette Clean, surtout quand on sait qu'elle avait loupé ce critère pour à peine 0,5% du montant requis: en 2017, elle avait réalisé un chiffre d'affaires de 31,8 millions, soit 190.000 euros seulement sous le niveau exigé. En même temps, on peut comprendre la position du Conseil d'État, qui a rejeté cette actualisation a posteriori des critères.

ISS a estimé irrégulière cette mise à jour tardive des critères et le Conseil d'État l'a suivi sur ce point.

Reste à voir si l'opérateur ferroviaire va réattribuer ces marchés aux deuxièmes classés, c'est-à-dire à ISS pour le lot 3, ou s'il va relancer toute la procédure. Suspense.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés