Royal Mail s'envole pour son entrée en Bourse

Bloomberg ©Bloomberg

L'action du groupe postal britannique Royal Mail, privatisé par le gouvernement de David Cameron, s'envole pour son premier jour à la Bourse de Londres. Le gouvernement avait fixé jeudi le prix d'introduction à 330 pence, dans le haut de la fourchette prévue, valorisant l'ensemble du groupe postal à 3,3 milliards de livres (3,9 milliards d'euros).

Royal Mail a ouvert à 450 pence vendredi pour ses débuts boursiers en Bourse de Londres, soit 36% au-dessus de son prix de privatisation.

Cette forte hausse risque de relancer le débat sur la possibilité que cette privatisation, l'une des plus importantes en Grande-Bretagne depuis des décennies, n'ait été faite moyennant une mise à prix trop basse, une critique qui revient souvent dans la bouche de l'opposition travailliste.

Le Royaume-Uni a vendu jeudi une participation majoritaire dans Royal Mail à un prix de 330 pence par action qui valorise le service postal de Sa Majesté et ses célèbres boîtes aux lettres rouges à 3,3 milliards de livres (3,8 milliards d'euros). (voir )

• Lorsque l'opération - largement sursouscrite - sera achevée, Londres conservera 37,8% du capital de Royal Mail mais cette proportion pourrait être ramenée à 30% si la clause de surallocation est activée.

Les syndicats, qui étaient opposés à cette privatisation et qui consultent leur base pour faire grève, doivent manifester devant la Bourse vendredi.

"Pour savoir si le personnel est vraiment content de cette privatisation, attendons mercredi prochain et un probable 'oui' à la grève", a dit à la BBC Billy Hayes, secrétaire général du Communication Workers Union.

Les transactions sur Royal Mail sont conditionnelles jusqu'au 15 octobre, ce qui signifie qu'en théorie elles seraient nulles et non avenues si l'opération était annulée.

A 7h42 GMT, l'action Royal Mail se traitent à 445 pence, après un pic à 456.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés