Sandrine Dufour, CEO ad interim de Proximus, après le départ de Leroy

Sandrine Dufour (à gauche) pourrait reprendre temporairement la direction de l'opérateur belge. ©BELGA

La procédure de nomination pour remplacer Dominique Leroy à la tête de Proximus sera définie ce jeudi.

Un comité des nominations est prévu ce jeudi chez Proximus . À l'agenda: définir la procédure qui permettra de trouver un successeur à Dominique Leroy. L'option de nommer un chasseur de tête semble privilégiée.

Leroy restera au sein de l'opérateur jusqu'au 1er décembre. Elle prendra ensuite la direction du Néerlandais KPN.

Dans l'attente de pourvoir à son remplacement, Sandrine Dufour, l'actuelle directrice financière, pourrait bien assurer l'intérim. Elle serait accompagnée dans sa tâche par le président du conseil d'administration, Stefaan De Clerck.

Un CEO mieux payé

Outre la nomination d'un successeur, le comité devrait aussi se pencher sur le volet rémunération, sujet on le sait sensible car le salaire du CEO d'une entreprise semi-publique est limité.

Selon De Standaard, le futur patron de Proximus devrait toutefois gagner plus que Dominique Leroy. Il ou elle devrait, par exemple, toucher une rémunération variable "long-terme"; un package déjà possible pour les membres du comité de direction, à l'exclusion du CEO. 

Le quotidien rappelle que cette exclusion est un héritage du PS Jean-Pascal Labille, qui, à l'époque, avait imposé des limites au salaire fixe. Il avait aussi tenté de limiter les rémunérations liées à l'évolution boursière.

Actions du personnel

Sur le terrain, les actions spontanées du personnel se poursuivent notamment à Charleroi, Namur, Liège, Libramont, Verviers et Saint-Vith mais aussi à Courtrai. Les syndicats rappellent qu'aucun appel n'a toutefois été lancé en ce sens.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect